Actualité

L'Etat en Bourgogne-Franche-Comté : une équipe resserrée autour de la préfète de Région

Mise à jour : 04 février 2016

Quelques semaines après l’entrée en vigueur de la réforme territoriale, Christiane BARRET, préfète de la région Bourgogne-Franche-Comté, et les chefs de services de l’État en région, ont présenté à la presse les objectifs de la réorganisation.

Au 1er janvier 2016, l’État est prêt. L’année 2015 a été intense. Elle a permis de poser les bases de l’organisation des services régionaux de l’État dans le respect du dialogue social. Les organisations vont se mettre en place progressivement d’ici à 2018, pour aboutir à un État plus efficace.

Le 1er janvier 2016, la région Bourgogne et la région Franche-Comté ont fusionné pour devenir la région Bourgogne-Franche-Comté. Avec cette réforme territoriale, les territoires français gagnent en efficacité. Ainsi, la région Bourgogne-Franche-Comté acquiert une taille critique au niveau européen : 2,8 millions d’habitants, un territoire de 47 800 km² et un produit intérieur brut de 72 milliards d’euros. La réforme vise à renforcer le développement économique et l’attractivité des territoires en s’appuyant sur les complémentarités et sur les forces de chacune des deux régions et en développant le réseau des villes majeures qui la constituent.

La réforme territoriale est aussi l’occasion pour l’État de moderniser en profondeur le fonctionnement de ses services et d’améliorer l’efficience des politiques publiques qu’il conduit. Tout au long de l’exercice de préfiguration de la nouvelle région, entamé dès novembre 2014, l’État a eu pour objectif d’assurer un maillage équilibré des services entre Dijon, chef-lieu de la nouvelle région, et Besançon.