Actualité

La Garantie jeunes, c'est quoi ?

Mise à jour : 02 février 2017

La Garantie jeunes est un droit ouvert qui s’adresse aux jeunes de 16 à moins de 26 ans, en situation de précarité qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en étude (NEET).

Qui est concerné ?

Après une période d’expérimentation dans plusieurs départements, la Garantie jeunes est généralisée à toute la France et Territoires outre-mer depuis le 1er janvier 2017. Elle est accessible aux jeunes en situation de précarité : sans emploi, sortis de l’école et qui ne suivent pas de formation. L’objectif : les aider à intégrer la vie active de façon autonome.

La Garantie jeunes s’adresse aux jeunes :

  • âgés de 16 ans à moins de 26 ans ;
  • qui ne sont ni en emploi, ni à l’école, ni en formation ;
  • qui vivent hors du foyer de leurs parents ou au sein de ce foyer sans recevoir de soutien financier de leurs parents ;
  • et qui sont en situation de grande précarité (leurs ressources éventuelles ne doivent pas excéder un niveau actuellement fixé à 470,95€).

Bon à savoir ! Certains jeunes, qui ne remplissent pas ces conditions (par exemple, ceux dont les ressources dépassent le niveau fixé), peuvent accéder à la Garantie jeunes, si leur situation laisse craindre un risque de rupture. La décision en revient à une commission de suivi des parcours. 

C’est quoi ? 

Bénéficier de la Garantie jeunes, c’est obtenir une double garantie : un accompagnement vers l’emploi et l’autonomie et le versement d’une allocation. Mais le jeune doit accepter de s’inscrire dans un véritable parcours.
Les jeunes de 16 à moins de 26 ans sont les plus touchés par le chômage et la précarité. Ils cumulent souvent les fragilités et ne trouvent pas toujours de réponse adaptée. Ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont ni potentiel ni compétences. 
La Garantie jeunes leur propose de les accompagner vers l’autonomie.

La Garantie jeunes se compose à la fois :
• de l’assurance de bénéficier d’un accompagnement intensif vers l’emploi et l’autonomie, à travers la mise en œuvre, en fonction des besoins et du projet du jeune, de périodes de formation, de mises en situation professionnelle, etc ;
• et d’une garantie de ressources qui vient en appui de cet accompagnement. Le jeune perçoit une allocation forfaitaire mensuelle d’un montant maximal de 470,95€. L’allocation est dégressive à partir de 301 € nets de ressources d’activité perçues par le jeune (par exemple : revenus de travail ou indemnité de chômage), pour être nulle à 80 % du Smic brut. 
La Garantie jeunes ne fait pas perdre au jeune le bénéfice des aides qu’il pouvait percevoir par ailleurs (par exemple, une allocation de logement), sauf exceptions (par exemple, l’allocation n’est cumulable ni avec l’indemnité de service civique, ni avec la prime d’activité).

La Garantie jeunes constitue l’une des modalités, la plus intensive, du parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA).

Attention, la Garantie Jeunes : 
• N’est pas un droit sans contreparties : le jeune prend des engagements précis et doit être prêt à s’investir sur la durée. Si les engagements pris ne sont pas respectés, une suspension du paiement de l’allocation peut être décidée ;
• N’est pas une simple allocation : l’aide financière permet aux jeunes de surmonter certains obstacles (santé, logement, mobilité etc.) et de se concentrer sur son parcours d’insertion pendant 12 mois (avec une prolongation possible de 6 mois).
• N’est pas une démarche de formation : c’est un accompagnement exigeant et complet, avec des mises en situation professionnelle et si besoin un appui sur des compétences clés nécessaires à l’insertion professionnelle (lecture, écriture, calcul…).

Comment ça marche ? 

En Garantie jeunes, les jeunes sont réunis par la Mission locale en groupe et réalisent des travaux collectifs. Les mises en situations professionnelles leur permettent de découvrir un métier ou un secteur d’activité, de confirmer un projet professionnel, ou d’initier une démarche de recrutement. La Mission locale s’engage à appuyer le jeune dans sa recherche d’expériences d’emploi et de formation.

L’accompagnement Garantie jeunes doit permettre au jeune :

  • d’être autonome dans les actes de la vie quotidienne ;
  • de développer sa propre capacité d’action et de s’affirmer comme un professionnel avec des compétences et des capacités, en se fixant des objectifs progressifs d’accès à l’emploi ;
  • de développer sa culture professionnelle, se familiariser avec les règles de la vie en entreprise, acquérir progressivement un socle de compétences nécessaires à son insertion dans l’emploi ;
  • de maîtriser les compétences sociales et professionnelles fondamentales, ainsi que les savoirs de base (lecture, écriture, calcul et raisonnement logique) et l’utilisation des nouvelles technologies.

La Mission locale s’engage à appuyer le jeune dans sa recherche d’expériences d’emploi et de formation.

Des mises en situations professionnelles permettent au jeune soit de découvrir un métier ou un secteur d’activité, de confirmer un projet professionnel, ou d’initier une démarche de recrutement. Ces périodes proposent une expérience proche de la réalité des métiers, avec une présence qui se cale sur les conditions normales de l’entreprise d’accueil. La présence d’un tuteur assure, notamment, l’accueil, l’information sur les règles d’hygiène et de sécurité, le suivi et l’évaluation de la période de mise en situation.

Un accompagnement de quelle durée ? 

Conclue sous la forme d’un contrat réciproque d’engagements d’un an (avec une prolongation possible de 6 mois) entre le jeune et une Mission Locale, la Garantie jeunes propose un programme d’accompagnement basé sur le principe de « l’emploi d’abord » et la possibilité de multiplier les périodes d’emploi.

La Garantie jeunes prévoit une durée d’accompagnement d’un an (avec une prolongation possible de six mois maximum).

Pendant cette période, la Mission locale accompagne le jeune de façon intensive et personnalisée en construisant avec lui un parcours dynamique, individuel et collectif, combinant expériences de travail, élévation du niveau de connaissances/compétences clefs et suivi social.

La démarche s’appuie sur l’identification et la valorisation des points forts et des compétences du jeune, acquises dans l’action, y compris non professionnelles (sport, culture) et transférables aux situations professionnelles.

Le rythme, la forme de l’accompagnement doivent s’adapter à la situation et à l’évolution du jeune dans son parcours d’insertion.

Qui fait quoi ? 

La réussite d’un parcours en Garantie jeunes repose essentiellement sur l’engagement réciproque entre le jeune et son référent à la Mission locale.

Dans le cadre de la Garantie jeunes :
• Le jeune s’engage à s’investir pleinement, à suivre un accompagnement personnalisé, à rechercher des opportunités d’emploi et à accepter les mises en situation professionnelles, ainsi qu’à déclarer chaque mois ses ressources d’activité.
• La Mission locale s’engage à accompagner le jeune avec des ateliers collectifs et un conseiller référent, à l’aider à résoudre ses difficultés en matière de mobilité, de santé, de logement, etc. Elle doit appuyer le jeune dans sa recherche d’expériences d’emploi et de formation.

Bon à savoir ! Un contrat, qui récapitule les engagements réciproques pris par chaque partie, est conclu entre le représentant de la Mission locale et le jeune concerné.

Les entreprises, également au cœur du dispositif, bénéficient d’un service de la Mission locale pour faciliter leurs recrutements.

L’État préside la commission de suivi des parcours de la Garantie jeunes. Il est garant du versement de l’allocation, de la qualité de l’accompagnement et de la mobilisation de l’ensemble des partenaires.

Le Conseil départemental siège, en principe, dans la commission de suivi des parcours aux côtés de l’État. Il met ses compétences en matière d’action sociale au service des jeunes et participe à leur repérage.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Partager :