Actualité

Renforcer les centres-villes et bourgs ruraux : 60 expérimentations pour réinventer les villes et bourgs de Bretagne

Mise à jour : 24 octobre 2017

Au terme de l’appel à candidatures lancé en mars dernier par l’État, la Région Bretagne, l’Établissement public foncier de Bretagne et la Caisse des Dépôts, 208 projets ont été présentés. L’enjeu est, à travers cette démarche novatrice, de soutenir les projets des communes qui réinventent leur centre (ville ou bourg), pour les adapter aux changements de mode de vie de leurs habitants et renforcer leur attractivité. Le caractère innovant, l’expérimentation et les perspectives d’essaimage ont guidé les partenaires dans le choix des
60 projets soutenus.

Alliance de 4 partenaires : une démarche novatrice

Alors que les centres sont traditionnellement le reflet et le moteur de l'attractivité d'une ville, nombre d’entre eux sont aujourd’hui confrontés à des défis multiples (habitat, commerce, aménagement). Ils doivent s’adapter aux nouveaux modes de vie des habitants, se transformer pour se renforcer.
L’État, la Région, l’Établissement public foncier (EPF) de Bretagne et la Caisse des dépôts sont convaincus du rôle moteur de ces centres dans la cohésion territoriale et l’accompagnement des transitions, écologiques et numériques notamment. Ces centres ont vocation à attirer des investissements publics et privés favorisant le développement économique. Les partenaires ont donc lancé, en mars dernier, 2 appels à candidatures pour soutenir les communes qui veulent réinventer leur centre par des programmes d’intervention globale : le 1er concerne les villes, le 2nd les bourgs ruraux.

60 projets innovants retenus

Au total, 208 communes ont présenté un projet (en phase d’étude ou travaux). Les partenaires ont retenu 60 projets auxquels ils apportent un soutien global de près de 29M€ :

  • Pour les bourgs : 16 en phase études (plus de 450 000 €) et 23 en phase travaux (près de 14 M€) ;
  • Pour les villes : 9 en phase études (315 000 €) et 12 en phase travaux (près de 14 M€).

Ces aides font l’objet d’un contrat, d’une durée de 12 mois, pour les études, et de 4 ans, pour la phase travaux.

60 communes aux profils variés

De 415 habitants pour la plus petite (Mellionnec) à 45 200 pour la plus grande (Saint-Brieuc), 39 bourgs et 21 villes, communes urbaines, littorales ou rurales... :
le profil des communes est très varié. Et les projets le sont tout autant...

Les points forts des projets retenus : l'expérimentation et l'innovation

Les collectivités candidates étaient invitées à élaborer des projets répondant aux usages des habitants avec des activités économiques diversifiées, des commerces, renforçant le lien social, avec une politique culturelle et patrimoniale ambitieuse, un habitat adapté aux parcours résidentiels, aux enjeux de mixité sociale et générationnelle, une bonne accessibilité… Il s’agit de construire des démarches croisant l’ensemble des enjeux auxquels elles sont confrontées.
Lors de l’examen des candidatures, les partenaires ont été attentifs à plusieurs éléments : la qualité du pilotage et la co-production du projet avec les acteurs du territoire (dont les habitants), son approche intégrée (transversalité, création de lien), et sa cohérence, notamment au regard des autres actions entreprises sur le territoire.
Les 4 partenaires ont également porté un regard appuyé sur le caractère innovant et expérimental des opérations. L’idée est de tester de nouveaux modèles de développement, qui puissent être utiles à tous les territoires.
Par exemple, à Mellionnec (22), la création d’une école documentaire et d’une auberge européenne des cultures par 2 associations sont des volets particulièrement innovants, en milieu rural.
Pour sa part, Pontivy (56) mise sur le dynamisme commercial avec la création d’une pépinière et une place donnée à la nature avec un poumon vert en coeur de ville.
A Plounéour-Menez (29), les partenaires ont apprécié la diversité des projets avec le jardin partagé, la ruche pédagogique, la notion d'urbanisme citoyen, le théâtre de verdure, une résidence d'artistes, la dimension écotourisme…
De nombreuses idées qui permettent une redécouverte du centre.

A Guipry-Messac (35), l'approche est originale par la prise en compte des centralités des 2 anciennes communes, inscrites dans un même espace urbain, en considérant leurs spécificités qui caractérisent aujourd'hui la commune nouvelle. Le lien entre les deux espaces est valorisé par une intervention sur la passerelle et le quartier qui les lient.
L’ensemble des projets, retenus ou non, fera l’objet d’un cycle d’animations permettant le partage d’expérience avec l’ensemble des acteurs intéressés. Un nouvel appel à candidatures est dores et déjà prévu en 2018 (visites, formations…)

Pour en savoir plus, consulter le communiqué de presse :

Partager :