Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Mise à jour : 01 avril 2016
La mixité des métiers, un objectif fixé par le gouvernement
Atteindre 30 % de métiers mixtes d’ici 2025 contre 12 % aujourd’hui.

La mixité des métiers est un outil en faveur de la politique publique d’égalité entre les femmes et les hommes portée au niveau national par la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, et en région par la déléguée régionale aux droits des femmes à la Préfecture de Région.

L’insuffisante mixité des métiers pénalise surtout les jeunes les moins qualifiés et les femmes qui se concentrent et se concurrencent dans la recherche d’emploi. Cette ségrégation professionnelle représente un gâchis de compétences et de vocations ainsi qu’un vivier plus restreint pour les entreprises qui cherchent à recruter. La ségrégation entraîne également des différences en terme de rémunération et d’accès à l’emploi au détriment des femmes.

Chiffres clés sur l’égalité :

Un métier est mixte lorsque la part des emplois occupés par des femmes ou des hommes représente entre 40 et 60 % de chaque sexe. 

L’Insee reconnaît 87 familles professionnelles au sein desquelles se répartissent l’ensemble des métiers.

Près de la moitié des femmes en emploi se concentrent dans seulement 12 familles professionnelles sur ces 87 en 2013.

Sur les années 2010-2012, la part des femmes approche ou dépasse les 90 % dans huit métiers : trois métiers peu qualifiés de services aux particuliers (assistant-e-s maternel-le-s, aides à domiciles, employé-e-s de maison), les métiers de secrétaires et secrétaires de direction, coiffeur-se-s ou esthéticien-ne-s, infirmie-ière-s et les aides-soignant-e-s.

À l’opposé, les métiers non cadres du bâtiment, plusieurs métiers d’ouvriers qualifiés de l’industrie (enlèvement ou formage de métal, bois et ameublement, réparation automobile) et deux métiers de technicien-ne-s et agent-e-s de maîtrise (électricité et électronique, maintenance) comptent moins de 10 % de femmes.

Les métiers qui comptent la plus forte proportion de femmes sont des métiers du tertiaire, tandis que ceux qui en comptent le moins sont des métiers de l’industrie ou de la construction.

Alors que 48 % de l’ensemble des emplois sont occupés par des femmes en 2013, cette part est de 55 % dans le tertiaire, un peu moins de 30 % dans l’industrie et l’agriculture et guère plus de 10 % dans la construction.

Selon la Dares, pour atteindre une répartition égalitaire des femmes et des hommes dans les différents métiers, il faudrait que 51,6 % des femmes ou des hommes changent de métier. Cet indicateur a diminué assez régulièrement depuis 1997, perdant 2 points au cours des dix dernières années, ce qui montre une évolution relative des parcours.

Une plateforme sur la mixité des métiers a été lancée en 2014, comprenant sept engagements. Elle a notamment donné lieu à deux plans mixité sectoriels dans les transports et le bâtiment, et des engagements de mixité dans les EDEC autonomie et petite enfance.

Partager :