Violences sexistes et sexuelles, prostitution et traite des humains

Mise à jour : 20 septembre 2019

Les violences envers les femmes recouvrent diverses formes, verbales, psychologiques, physiques, sexuelles, économiques. Ces violences peuvent s’exercer dans les sphères privées (violences au sein du couple, mariages forcés, mutilations sexuelles féminines, prostitution) et publiques (au travail, dans la rue, dans les médias, etc).
La politique publique de prévention et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles est par définition transversale aux diverses politiques publiques. Elle découle d’obligations internationales comme de dispositifs nationaux.
Engagé de longue date, l’État lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travers de ses divers dispositifs : création du 3919, numéro d’écoute et d’orientation, lieux d’accueils de jour et lieux d’accueil, d’écoute et d’orientation pour les femmes victimes de violences dans les départements, création de places d’hébergement dédiées aux femmes victimes de violences, mise en place d’intervenants sociaux en commissariat et brigade de gendarmerie, déploiement du Téléphone Grave Danger, commissions départementales de lutte contre les violences, groupes de travail dans les territoires, commissions départementales de lutte contre la prostitution.