Actualité

Pacte Ardennes : Un engagement en faveur du territoire ardennais

Mise à jour : 18 mars 2019

Le département des Ardennes dispose de nombreux atouts. Son sol lui offre la possibilité de développer des pratiques agricoles variées et performantes, et ainsi de promouvoir le secteur agroalimentaire, de même qu’il lui offre une forêt dense, riche et réputée. Son histoire lui a permis d’acquérir des savoir-faire spécifiques, notamment dans la production métallurgique, la fonte ou la construction automobile. Son positionnement géographique est particulièrement stratégique, lui offrant la possibilité de cultiver une image de territoire rural tout en étant proche de plusieurs grands centres de décisions urbains.

Le département souffre d’une situation de fragilité démographique, économique et sociale. La population départementale diminue constamment suite à un solde migratoire fortement négatif, et à un solde naturel qui devient négatif. La désindustrialisation a sévi et le taux de chômage est élevé. La pauvreté économique entraîne un sentiment de déclassement qui mine jusqu’à l’image que le territoire a de lui-même.

Le pacte Ardennes

Face à cette situation, l’État s’est engagé à soutenir le département des Ardennes afin d’encourager la redynamisation économique et démographique du territoire. Cet engagement, formalisé à l’été 2018 par une lettre de mission du Premier ministre au préfet du département, a été confirmé par le Président de l a République à Charleville-Mézières, le 7 novembre dernier.

La démarche qui a été initiée par le pacte va se poursuivre à travers une gouvernance pérenne entre l’État, les collectivités territoriales et les partenaires locaux. Les fiches-actions retenues seront mises en œuvre rapidement, tandis que le travail réalisé autour des fiches-projets va être approfondi afin d’en préciser et de compléter tant le contenu que les modalités de réalisation.

Le pacte Ardennes a été signé vendredi 15 mars 2019, en présence de Agnès Buzyn ministre des Solidarités et de la Santé et Sébastien Lecornu ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé des collectivité territoriales. Il s’appuie sur quatre objectifs stratégiques, qui ont été définis collégialement lors de la concertation menée avec l’État et les partenaires locaux, en cohérence avec les dispositifs d’accompagnement des territoires existants, tels que « Action cœur de Ville » ou encore « Territoires d’Industrie » :

  • Premier objectif : mobiliser et renforcer les compétences des Ardennais
  • Deuxième objectif : construire une valorisation d’excellence du patrimoine ardennais, bâti et nature,
  • Troisième objectif : donner de l’avance aux filières économiques ardennaises face aux mutations en cours.
  • Quatrième objectif : accentuer les conditions du bien-vivre dans les Ardennes

Le département des Ardennes déposera sa candidature dans le cadre d’appels à projets géographiquement localisés, comme ce sera le cas pour la construction d’établissements pénitentiaires expérimentaux centrés autour du travail.
Enfin, en tant que département frontalier, les Ardennes doivent se donner les moyens d’avoir des infrastructures en relation avec l’ambition que porte cette localisation. La conformation de la ligne ferroviaire Charleville-Mézières/Givet et sa prolongation vers Dinant, en lien étroit avec les autorités belges compétentes, sont des initiatives indispensables. Le Pacte se propose également d’étudier l’opportunité d’une ligne ferroviaire Carignan-Sedan Luxembourg.