Actualité

Culture - Un comité de l’administration régionale sur le thème de la culture

Mise à jour : 24 novembre 2017

Le mercredi 22 novembre, Michel Lalande, préfet de la région Hauts-de-France, préfet du Nord a présidé un comité de l’administration régionale (CARComité de l'administration régionale) sur le thème de la culture. En présence des préfets des quatre autres départements, des chefs de services régionaux et de Philippe Vasseur, premier haut-commissaire à la réindustrialisation des Hauts-de-France, il s’est félicité du fait que ce CARComité de l'administration régionale soit encore une fois territorialisé et thématique.

En effet, précédemment à Beauvais, Laon ou Boulogne-sur-Mer, ce CAR a été, cette fois-ci, organisé par Nicolas Basselier, préfet de l’Aisne, dans les locaux du familistère de Guise, les CAR ont vocation à se déployer sur l’ensemble du territoire pour évoquer les enjeux majeurs de la région à échéance régulière.

Le site choisi était en lien avec la thématique de la journée. Le familistère de Guise a été bâti en 1846 par Jean-Baptiste André Godin à proximité de son usine de poêles en fonte, pour construire une cité de 2000 habitants : le Familistère. Ce « palais social » est l’une des plus ambitieuses expérimentations sociales du monde industrialisé. Il est une interprétation critique originale du phalanstère de Fourier, une utopie qui fonctionna jusqu’en 1968 sous le régime d’une association coopérative du capital et du travail. Le Familistère de Guise, toujours habité par une quinzaine de foyers, est aujourd’hui un musée de site qui raconte l’aventure de cet idéal. Il est le premier site culturel de l’Aisne en matière de tourisme.

La journée du 22 novembre a débuté par la réunion du collège des préfets au sein duquel chaque préfet vient exposer les dossiers départementaux en cours. Le CAR a suivi cette réunion pour faire un point sur les dossiers stratégiques de la région Hauts-de-France.

En introduction, Michel Lalande, préfet de la région Hauts-de-France, préfet du Nord a rappelé le discours présidentiel sur le thème de la politique de la ville dans le cadre de son déplacement à la Plaine Images de Tourcoing (pour en savoir plus: http://www.nord.gouv.fr/Actualites/Actualites/Deplacement-du-President-de-la-Republique-Emmanuel-Macron-dans-la-region-Hauts-de-France ) et a précisé que le prochain CARComité de l'administration régionale de janvier traitera de ce sujet.

La matinée a ensuite été consacrée aux interventions des acteurs dans leur domaine de compétences ainsi qu’aux grands enjeux nationaux et locaux.

Dans le domaine économique, la région connaît une hausse de croissance de 0,3 points depuis l’année dernière dans trois secteurs principaux : la construction, l’industrie manufacturière et le commerce. Néanmoins, elle demeure à la dernière place en matière de création d’emplois et son taux de chômage reste élevé malgré de grandes disparités aux échelles infra-régionale et infra-départementale. Michel Lalande a conclu « qu’il est important, dans ce contexte, de mettre l’accent sur la politique de la ville et de la ruralité ». À l’échelle nationale, la région représente : 9,4 % de la population, 8 % de l’emploi et 7 % du PIB.

Philippe Vasseur, premier haut-commissaire à la réindustrialisation des Hauts-de-France est intervenu pour annoncer la fin de sa mission qui avait débuté en mai 2016 et qui visait à redynamiser les bassins industriels de la région. Ancien ministre de l’agriculture de 1995 à 1997 et conseiller régional pendant 12 ans, il a affirmé « que les Hauts-de-France ont des potentiels de développement insuffisamment exploités pour lesquels il faut raisonner avec deux mots clés : territoire et filière ». Michel Lalande l’a remercié de son investissement et de son expérience qui ont « permis aux services de travailler davantage en mode plate-forme et de se décloisonner » et lui a remis, à ce titre, la médaille de la préfecture de région.

Luc Johann, recteur de région académique, est venu présenter les 2 mesures emblématiques de la rentrée : le dédoublement des classes de CP et les classes bi-langues au collège qui ont connu une augmentation de 82 classes en 2017. Il a également évoqué le dispositif « devoirs faits » mis en place au collège sur la base du volontariat des élèves qui souhaitent être accompagnés quelques heures par semaine.

Enfin, André Bouvet, directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCSdirection régionale de la jeunesse des sports et de la cohésion sociale) a exposé la feuille de route de la cohésion sociale fondée sur le diagnostic et les orientations définies par les discours présidentiels et les feuilles de route ministérielles. Davantage ciblée sur les jeunes en difficulté, cette feuille de route s’articule autour de 4 axes principaux :

- la notion de parcours pour les jeunes les plus à risques d’exclusion par exemple par le développement du parrainage pour favoriser l’accès à l’emploi ;

- la valorisation de l’engagement de la jeunesse en orientant notamment le service civique vers les élèves décrocheurs ;

- la lutte contre l’illettrisme ;

- la réalisation d’études et d’évaluation des politiques publiques.

Michel Lalande a souligné « qu’il est important, en effet, de toucher tous les territoires et tous les jeunes et de fixer des objectifs, de suivre une méthode et de l’évaluer ».

L’après-midi était consacrée à une réunion thématique sur la Culture. Le champ de la culture à l’échelle régionale est, en effet, très vaste et représente 58 milliards de créations de richesses par an.

Yves Dauge, président des sites et cités remarquables, est venu mettre en avant le rôle de l’association qui a vocation à favoriser le développement culturel des villes petites et moyennes qui disposent d’un patrimoine historique important à préserver.

Dominique Garcia, président de l’institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), a présenté le rôle de cette structure créée en 2002 et qui assure la réalisation de diagnostics avant travaux et de fouilles archéologiques dont elle assure également l’exploitation scientifique et la valorisation.