Actualité

Coopération transfrontalière - Rencontre à Bruxelles avec l’ambassadeur de France en Belgique

Mise à jour : 12 juin 2017

Dans le cadre du renforcement et de l’approfondissement de la coopération franco-belge, Michel Lalande, préfet de la région Hauts-de-France, préfet du Nord, s’est rendu à Bruxelles le 6 juin 2017, à l’invitation de Claude-France Arnould, l’ambassadeur de France en Belgique. Accompagné de Jeanne Tor-de-Tarlé, sa conseillère diplomatique, et Magali Debatte, secrétaire générale pour les affaires régionales, le préfet de région a pu s’entretenir avec plusieurs Gouverneurs, des représentants des Provinces et Régions de Belgique, ainsi que des consuls et du secrétaire général du Benelux.

Ce nouveau déplacement du préfet de région Hauts-de-France en Belgique a tout d’abord été l’occasion de mieux comprendre la réalité des organisations et fonctionnements institutionnels de part et d’autre de la frontière, avec les présentations de la réforme territoriale en France et des grands projets qui vont déployer en Hauts-de-France, et notamment le Canal Seine-Nord Europe et les contrats de développement du bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais et de l’Amiénois, et de la 6e réforme de l’Etat en Belgique.

Au-delà de ces présentations destinées à faciliter les échanges entre acteurs français et belges, cette rencontre, à la fois conviviale et dense, a permis de poursuivre les travaux de coopération engagés depuis plusieurs années et que l’ensemble des participants souhaite accélérer et approfondir. A cet effet, une feuille de route partagée a pu être définie sur 4 thème prioritaires :

  • la sécurité tout d’abord, dans un contexte de menace terroriste élevée et organisée au plan international ; la coopération franco-belge sera également renforcée au travers du projet ALARM qui vise, en matière de sécurité civile, a mieux coordonner les actions ;
  • l’emploi et la formation professionnelle, ensuite, avec l’objectif d'une gouvernance franco-belge permettant, sur la base d'un diagnostic partagé, de définir et mettre en place plan d’actions visant à rapprocher l'offre et la demande d'emploi transfrontalière et à mettre en place un dispositif transfrontalier de formation professionnelle prenant en compte les obstacles linguistiques ;
  • l’environnement, afin de faciliter la concertation transfrontalière sur les projets à incidence environnementale, par une meilleure connaissance partagée des procédures françaises et belges en la matière, mais aussi d'harmoniser la lutte contre la pollution atmosphérique, grâce à un travail de rapprochement des dispositifs de mesures et des actions menées en cas de dépassement et la gestion des eaux à une échelle transfrontalière.
  • les infrastructures de transports, enfin, pour faciliter la mobilité transfrontalière : ce groupe doit accompagner la mise en place d’une stratégie transfrontalière pour les transports collectifs en travaillant prioritairement sur les bassins de vie ; à terme, en lien avec la réalisation du Canal Seine-Nord Europe, il pourra également aborder la gestion du trafic fluvial transfrontalier.

La volonté unanime de mettre à profit cette nouvelle dynamique transfrontalière a conduit les participants à retenir un programme de travail ambitieux avec la constitution des groupes thématiques avant l’été, les premières réunions à la rentrée, dans la perspective d’un comité de pilotage prévu avant le début de l’année 2018.

Documents :

Partager :