Actualité

Assises nationales de la mobilité dans le Val-d’Oise : retour sur l'Atelier territorial

Mise à jour : 10 novembre 2017

Les ateliers des Assises de la mobilité du Val-d'Oise, organisées jeudi 9 novembre 2017 à la préfecture, dans le cadre des Assises de la mobilité lancées par le Premier ministre et la ministre des Transports, ont accueilli près de 60 personnes, venues d'horizons différents, des étudiants de l'université de Cergy-Pontoise aux membres d'associations, représentants des sociétés de transport et élus du Val-d'Oise.
Les participants, aux âges et aux préoccupations divers, se sont livrés au brainstorming sur les enjeux de la mobilité.

L’atelier portait sur deux thèmes essentiels pour le territoire : des mobilités plus intermodales et des mobilités plus connectées. Les discussions et échanges ont permis d’avancer des pistes d’amélioration. Les résultats de cette concertation feront l’objet d’une synthèse et de propositions précises qui seront prises en compte dans la préparation du projet de loi d'orientation sur les mobilités.
Quelques pistes de réflexion évoquées lors des Assises du Val-d'Oise :

  • développer l'intermodalité entre les gares routières et ferroviaires ;
  • développer les voies en site propre pour les vélos et les bus ;
  • proposer un service à haute fréquence de bus et de dessertes aux points d'accès des autoroutes ;
  • développer les pistes cyclables dans les agglomérations ;
  • aménager des parkings à vélos sécurisés sur la voie publique et dans les résidences ;
  • accroître le nombre d'espaces réservés aux vélos dans les rames de RER ;
  • développer les gares de la ligne 17 dans le Val-d'Oise ;
  • développer des bateaux-bus sur l'Oise ;
  • poursuivre la construction de zones de partage pour le co-voiturage et multiplier les accès à des locations de voitures, notamment électriques ;
  • mettre en ligne, des services publics de desserte à la demande dans les zones peu denses ;
  • développer le 4G et informer les usagers des transports collectifs sur le trafic en temps réel ;
  • mettre en place un système d'alerte anti-agression disponible sur smartphone ;
  • favoriser la communication institutionnelle sur les innovations des starts-up ;
  • mettre en place un bulletin dématérialisé pour signaler les retards aux employeurs de manière plus officielle que par l'envoi de SMS ;
  • décaler certains horaires de travail pour limiter les effets de congestion dus aux migrations pendulaires ;
  • limiter les trajets domicile-travail en développant le télétravail ou le travail en zone de coworking un à deux jours par semaine.

Partager :