Yvelines : des mobilités au défi de la ruralité

Mise à jour : 28 décembre 2017

Le préfet des Yvelines, Serge Morvan, a organisé le mercredi 8 novembre 2017, l'Atelier territorial de son département, autour des mobilités plus connectées et plus solidaires. Une quarantaine de personnes, dont deux députés et  des représentants associatifs et politiques, a participé à l'événement. Les débats ont affirmé les différences d’attente entre les partisans des modes actifs de l’innovation dans les transports et ceux qui réaffirment l’importance de la place de la voiture dans un territoire parfois très rural.

Une solidarité renforcée pour répondre aux besoins de la ruralité

De nombreux participants ont souligné qu’il existait, dans certaines zones, une insuffisance et un manque de diversité de l’offre de transports pour répondre aux besoins des populations locales, en constante augmentation.Ces besoins incitent les usagers à prendre leur véhicule personnel plutôt qu'à emprunter les transports en commun ou à pratiquer le co-voiturage. Pour éviter ce type de situation, des propositions ont été formulées, à titre d'exemple des incitations financières ou fiscales, ou encore la création de voies réservées aux véhicules avec plusieurs passagers sur les grands axes.

Par ailleurs, l’accent a également été mis sur le développement des transports publics de nuit, ainsi que sur la nécessité d’individualiser les coûts d’abonnement par l’analyse des données individuelles de déplacement pour répondre aux besoins des usagers occasionnels.

Une meilleure connectivité

Afin d'optimiser l’offre de transports, le besoin d’un outil unique regroupant les informations nécessaires au bon trajet des usagers, accessible sur mobile et par d’autres canaux, a été exprimé.

Le développement d’un tel outil constituerait un atout pour répondre au développement de bornes de vélos, de scooters et voitures en libre-service à l’échelle du département.