Les JO à Paris, du rêve à la réalité : le Comité international olympique a choisi Paris !

Mise à jour : 13 septembre 2017

Ce mercredi 13 septembre, à Lima (Pérou), les 115 membres du Comité international olympique (CIO) ont choisi Paris pour organiser les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Le 11 juillet dernier déjà, le principe de double attribution des Jeux 2024 et 2028 pour Paris et Los Angeles avait été acté suite au maintien de ces deux candidatures jugées excellentes.

Cette victoire témoigne ainsi de la mobilisation du Président de la République, du gouvernement, des services de l’État, et plus particulièrement du  SGAR , conscients de la formidable opportunité que représente le choix de la capitale française comme ville-hôte pour rassembler les Franciliens et renforcer l’image de la France dans le monde.

Ainsi après les tentatives infructueuses (1992,  JO  attribués à Barcelone, 2008 à Pékin et 2012 à Londres), la capitale organisera les Jeux olympiques d'été en 2024, pour la troisième fois, et 100 ans après l’édition historique de 1924.

Le dossier présenté par Paris souligne notamment la volonté de faire des Jeux un temps de partage pour l’ensemble des Français. Ainsi l’héritage immatériel, par l’investissement dans des projets innovants en faveur de tous, a particulièrement retenu l’attention du CIO. C’est donc l’alliance d’un rappel de l’Histoire, des valeurs de l’olympisme, de la responsabilité écologique et d’une ouverture au monde qui a été entendue. La proximité des sites de compétition concentrés sur la région Île-de-France et l’ancrage des Jeux dans la ville de Paris ont été des atouts particulièrement importants.

En 2016, l’État et ses services déconcentrés ont contribué à la candidature de Paris. Une grande concertation a été organisée notamment en Île-de-France réunissant, dans un premier temps, les sportifs de haut niveau (entraineurs et athlètes) et dans un second, des représentants de la société civile, des entreprises, des opérateurs et des services de l’État. Cette forte mobilisation a permis de nourrir le programme du GIP Paris 2024 pour l’héritage de la candidature (programme rendu public en mars 2017). 
 
Sport et société, développement économique et territorial, jeux, fête et évènements, autant de thématiques qui ont permis d’engendrer une dynamique afin d’initier de nouvelles démarches notamment en faveur du sport pour tous, de l’éducation, de la santé et du développement économique.

Alors que l’investissement dans les équipements sportifs aurait pu apparaitre comme un enjeu pour la candidature, la quasi-totalité des sites sportifs existent déjà. La Grande Halle de la Villette pour l’haltérophilie, le badminton et le volley au parc des expositions du Bourget, le handball et le tennis de table au Parc des expositions de la Porte de Versailles, les épreuves équestres au château de Versailles, le football au Parc des Princes, le Beach volley au Champs-de-Mars, le tir à l’arc sur l’esplanade des Invalides, l’athlétisme au Stade de France... Autant de sites de notre patrimoine qui seront dédiés à la compétition sportive la plus prestigieuse dans des décors qui le sont tout autant.

Le site de Roland Garros accueillera bien sûr le tennis, mais aussi le rugby en fauteuil. Et plus de 85 % des sites devraient se trouver à moins de 10 km du village olympique. Restera à construire la piscine olympique et le village olympique dont l’héritage post- JO  a été anticipé : le premier pour des compétitions de natation majeures mais aussi pour l’usage des clubs locaux et le second pour le logement des populations locales.

Portée par Tony ESTANGUET et Bernard LAPASSET – co-présidents du comité de candidature–, la stratégie de Paris, fondée sur l’expérience et sur un engagement sans précédent des athlètes français, soutenus par le Président de la République, a emporté l’adhésion des membres du CIO. 
Les services de l’État seront présents pour accompagner, soutenir ces événements mais aussi pour renforcer la pratique sportive pour tous et promouvoir le sport pour toutes ses vertus.

Partager :