Éducation / Enseignement supérieur

Mise à jour : 30 janvier 2018

Lors de la rentrée 2015, les établissements scolaires du premier et du second degré d’Île-de-France ont accueilli 2 336 359 millions d’élèves et les établissements d'enseignement supérieur 645 172 étudiants. Les académies de Créteil, Paris et Versailles proposent une offre de formation supérieure très diversifiée, faisant de l'Île-de-France le principal pôle d’enseignement supérieur en France et en Europe.

 

Les recteurs d’académie, nommés par décret du Président de la République pris en Conseil des ministres, déterminent, mettent en œuvre les orientations de la politique définie par le gouvernement, et définissent les objectifs de la politique académique. En tant que chanceliers des universités, ils coordonnent également les établissements d'enseignement supérieur. Ce faisant, les recteurs disposent d’une compétence de la maternelle à l’université. Toutefois, en ce qui concerne le cas particulier de l'enseignement agricole, cette compétence est du ressort du préfet de région et, par délégation, du directeur de la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt ( DRIAAF  ).

 

Les problématiques relatives à l’enseignement et à l’éducation se trouvent au  croisement de plusieurs politiques de l'État relevant notamment des missions confiées  à la Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale ( DRJSCS  ), à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi  ( DIRECCTE ), à la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement ( DRIHL  ) et à la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Équipement et de l’Aménagement ( DRIEA ). Sous l'impulsion du Préfet, ces différents services de l'État veillent à coordonner leur action en faveur de l’éducation et de l’enseignement en liaison  avec le Conseil Régional d’Île-de-France et les acteurs du monde associatif.

 

En termes d’enseignement supérieur et de recherche, l’Île-de-France pèse d’un poids remarquable au plan national et européen (plus du quart des effectifs étudiants du territoire national, presque 40 % des chercheurs publics et privés, 35 % des diplômés du doctorat, 41 % de la dépense d’investissement en recherche et développement).

 

16 universités, dont 9 implantées en petite ou grande couronne, une douzaine de grands établissements, une quarantaine d’écoles d’ingénieurs, une trentaine d’organismes de recherche et d’agences, une quinzaine d’écoles de commerce, 2 écoles normales supérieures, 1 école vétérinaire, 4 écoles d’architecture, 1 école du paysage, 45 hôpitaux organisés en 12 groupes hospitaliers, des écoles d’art, et 8 établissements de culture scientifique et technique contribuent à la diversité et la richesse de l’enseignement, la recherche et l’innovation .

 

8 communautés d’universités et d’établissements (COMUE) – heSam, Sorbonne Universités, Sorbonne Paris Cité, Paris Sciences et Lettres, Université Paris Est, Université Paris Grand Ouest, Université Paris Lumières, Université Paris Saclay – ont succédé fin 2014 aux Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) en application de la loi du 22 juillet 2013 et structurent ainsi le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en Île-de-France.

 

L’Île-de-France se caractérise par un patrimoine immobilier universitaire disséminé, vieillissant et parfois mal adapté aux usages, qui nécessite la mise en œuvre d’un important programme de réhabilitation et par des conditions de vie étudiante plus difficile que dans les autres régions françaises, du faible nombre d’équipements étudiants dans certains établissements et des charges plus importantes inhérentes à l’Île-de-France (logement, transports).

 

Le projet de contrat de plan État-Région 2015-2020 (CPER), adopté lors du Conseil régional des 12 et 13 février 2015 et signé par le Premier Ministre le 16 février, comporte, comme le précédent, un volet thématique « enseignement supérieur et recherche, innovation, numérique et emploi » , préparé, pour sa partie « enseignement supérieur et recherche » en étroite liaison avec les recteurs. Celle-ci est dotée, à parité État-Région, d’une enveloppe de 788 M€ pour améliorer les conditions de la vie étudiante et l’accueil des étudiants et des chercheurs, favoriser la démocratisation de l’enseignement supérieur, développer l’attractivité et le rayonnement international des universités et centres de recherche franciliens, favoriser la recherche partenariale et en réseau, et enfin encourager la participation citoyenne au dialogue Sciences-Société et favoriser sa diffusion.

 

En outre, l’Île-de-France a bénéficié de financements complémentaires à travers le Plan Campus et le Programme des Investissements d’Avenir pour la réalisation du campus Paris Saclay (1.8 Mds€) avec le déménagement sur le plateau de Saclay de nombreuses écoles (École Centrale Paris, École Normale Supérieure de Cachan, AgroParisTech, TélécomParisTech, faculté de pharmacie de l’Université Paris Sud), du campus Condorcet à Aubervilliers spécialisé dans les Sciences Humaines et Sociales (dotation de 450 M€), et la réhabilitation des campus parisiens intra-muros (dotation de 700 M€).

 

Consultez les liens vers les sites des rectorats de l’académie de  Paris  , de  Créteil   et de  Versailles  .

 

Voir également les rubriques  « Jeunesse, sport et vie associative » , « Hébergement, Logement », « Emploi, Entreprises, Consommation » et « Développement économique / Innovation / Recherche »