Égalité femmes-hommes

Mise à jour : 07 décembre 2015

En matière d'égalité femmes-hommes, l'Île-de-France présente de nombreux atouts : de meilleurs résultats scolaires pour les filles, un taux d'activité des franciliennes (79%) plus élevé que celui d'autres régions (66%), un taux d'emploi féminin de 64%, alors que la moyenne française se situe à 60%.

Dans le domaine professionnel, des inégalités subsistent : on constate une concentration de l'emploi des femmes dans un petit nombre de professions en proportion par rapport aux hommes et, parallèlement, leur sur-représentation dans des secteurs d'activité peu valorisés proposant des emplois peu qualifiés et précaires. On relève aussi une part plus importante de femmes travaillant à temps partiel (21% contre 8% pour les hommes) et surtout des écarts de salaires entre les femmes et les hommes en moyenne de 27%.

En ce qui concerne la précarité les ménages, les plus touchés sont les familles monoparentales (une famille sur 4 est monoparentale, et dans 85% des cas ce sont des mères).

Par ailleurs,  les violences faites aux femmes   demeurent préoccupantes. Les violences conjugales concernent, chaque année, 1 femme sur 10 vivant en couple. Selon l’Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple, réalisée par la Délégation  aux victimes du Ministère de l'Intérieur, en 2013, une femme  est décédée tous les  3 jours des suites de violences conjugales en France, ce qui a représenté 18 victimes en Ile-de-France. Au niveau national, les femmes ont représenté 83 % des victimes d’homicides et violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner commis au sein du couple. Par ailleurs, 83 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol chaque année. Et 20% des femmes actives disent avoir été confrontées à une situation de harcèlement sexuel au cours de leur vie professionnelle.

Ces chiffres attestent de la nécessité d'œuvrer dans notre région en faveur d'actions fortes pour le respect des droits des femmes . En effet, si la politique interministérielle d'égalité hommes-femmes, qui vise à réduire les écarts dans la reconnaissance de l'égalité des droits, semble désormais acquise en France, son effectivité demande quant à elle à être consolidée et renforcée au quotidien sur le terrain. Pour ce faire, des changements de culture et de mentalités sont nécessaires, qui reposent sur une approche à la fois intégrée et spécifique.

À cette fin, la direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE), placée auprès du préfet, secrétaire général aux affaires régionales ( SGAR ) de la préfecture, est chargée de développer, en Île-de-France, la prise en compte des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'ensemble des politiques de l'État. Elle est compétente pour mener toutes les actions nécessaires pour atteindre ce but auprès des collectivités territoriales, des associations et des acteurs sociaux et économiques locaux, avec lesquels elle agit en partenariat. Elle assure en outre un rôle d'ingénierie, d'animation et de coordination de l'action des délégué.e.s départementaux aux droits des femmes et à l'égalité positionnés au sein des directions départementales de la cohésion sociale (DDCS) pour la mise en œuvre de cette politique au niveau local.

Pour en savoir plus