Actualité

Journée internationale des droits des femmes : le 8 mars, histoire de la création de cette journée

Mise à jour : 21 mars 2013

La journée  internationale des droits des femmes est historiquement une création de la Conférence internationale des femmes socialistes réunie en 1910 à  Copenhague afin de donner plus d’ampleur à  la propagande en faveur du vote des femmes et à l’amélioration de leurs conditions de travail. Elle est ainsi liée, dans son histoire même, à  la revendication de citoyenneté politique des femmes.

L'appellation officielle de l'ONUOrganisation des Nations unies est: "journée internationale des femmes", à la différence de certains pays, dont la France, qui prennent soin de préciser la revendication de droits politiques et juridiques dans l'appellation de cette journée. Que ce soit pour l'ONUOrganisation des Nations unies ou pour la France cependant, on reste bien loin de la terminologie "journée de la femme", que l'on entend trop souvent encore ! La terminologie utilisée au niveau international est, elle, sans ambiguïté : « International Women's Year », « Commission on the Status of Women ».

Pour revenir au contexte historique de la création de cette journée: l’initiative en revient à l’Allemande Clara ZETKIN (1857 à 1933). Elle dirige de 1891 à 1917 Die Gleichheit (l’Égalité), importante revue (comptant jusqu’à  125 000 abonnés) et organe de l’Internationale des femmes socialistes, qu’elle a fondée en 1907 avec Rosa Luxemburg. La première "Journée internationale des femmes" fut célébrée le 19 mars 1911 : ses revendications étaient politiques : droit de vote des femmes, droit au travail, fin des discriminations liées au genre au travail. La date du 8 mars fut ensuite choisie par Lénine, en 1921, pour commémorer le jour (correspondant au 23 février dans le calendrier de la Russie tsariste) où, en 1917, des ouvrières de Saint-Pétersbourg manifestèrent dans la rue pour demander du pain et le retour des hommes du front, déclenchant ainsi la révolution de février.

Dans les années 1970, le MLF (Mouvement de Libération des Femmes) s’empare du 8 mars et lui confère une autre portée en la mettant au service du combat des femmes, c'est-à-dire d’abord la libération des mœurs et l’acquisition de droits sexuels. En effet, le mouvement féministe souhaitait affranchir la journée de la tutelle communiste, et a pour cela créé une légende autour de la date. On attribue aujourd'hui à Madeleine Colin, secrétaire confédérale de la CGT l'initiative de cette légende. En 1955, le journal l'Humanité relatait une manifestation de couturières new-yorkaises qui aurait eu lieu environ un siècle auparavant: le 8 mars 1957, pour protester contre un grand incendie dans une usine de textile ayant fait de très nombreuses victimes. Cette information était fausse, et fut relayée par des journaux du PCF, de la CGT, et le MLF. Cet incendie a pourtant effectivement eu lieu le 25 mars 1911: il est connu sous le nom de "l'incendie de l'usine Triangle Shirtwaist" et fut l'une des catastrophes industrielles les plus meurtrières de l'histoire de la ville. Il a causé la mort de 146 ouvrières de l'usine et fait 71 blessées: ces femmes étaient en majorité des travailleuses immigrées, originaires du Sud de l'Italie ou d'ascendance juive européenne. L'aspect mythique que cet incendie a pris en France, créé par la concordance de la date supposée du 8 mars 1857 et de la lutte féministe était, quant à lui, purement fictif.

Pour finir, c'est en 1977, que les Nations Unies officialisent la « Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale » (plus communément appelée par l'ONUOrganisation des Nations unies « Journée internationale des femmes »), enjoignant ainsi tous les pays du monde à la célébrer. En France, c’est en 1982 que le gouvernement de François Mitterrand, grâce à l'action conjointe du MLF et de la ministre chargée du droit des femmes Yvette Roudy, a décidé de célébrer officiellement la Journée internationale des femmes, le 8 mars de chaque année. Néanmoins, aucune loi ni décret ne le mentionne. Cette journée se traduit, à travers le monde, par des débats, colloques, expositions ou manifestations. Rappelons que la journée se concentre chaque année sur des thèmes particuliers, officialisés par les Nations Unies. Il s'agissait en 2017 du thème « les femmes dans un monde du travail en évolution : pour un monde 50-50 en 2030 » et en 2018 du thème «L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes".