Actualité

Bruit et vols de nuit à Paris-Charles de Gaulle

Mise à jour : 21 décembre 2015

Dans le cadre des réflexions menées en commission consultative de l’environnement de l’aérodrome de Paris-Charles de Gaulle, le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a confié, au mois de juin 2014, au préfet Guyot une mission d’étude relative aux vols de nuit sur la plateforme, rendue en novembre dernier. Ce jour, vendredi 18 décembre, Jean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris a présidé la réunion de la Commission consultative de l’environnement de paris-Charles de Gaulle consacrée à la restitution des travaux et à la présentation de propositions opérationnelles permettant de réduire les nuisances sonores des vols de nuit, pour les riverains.  

Communiqué de presse - 21 décembre 2015

Dans le cadre des réflexions menées en commission consultative de l’environnement de l’aérodrome de Paris-Charles de Gaulle, le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a confié, au mois de juin 2014, au préfet Guyot une mission d’étude relative aux vols de nuit sur la plateforme, rendue en novembre dernier. Ce jour, vendredi 18 décembre, Jean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris a présidé la réunion de la Commission consultative de l’environnement de paris-Charles de Gaulle consacrée à la restitution des travaux et à la présentation de propositions opérationnelles permettant de réduire les nuisances sonores des vols de nuit, pour les riverains.  

Pour M. Vidalies, Ministre chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, sur le sujet complexe des vols de nuit, la maîtrise des nuisances sonores repose aussi sur une optimisation des procédures opérationnelles et de la gestion de la plateforme aéroportuaire ainsi que sur les évolutions technologiques, qu’elles concernent la navigation aérienne ou les avions eux-mêmes. Dans ce rapport « Il y a des propositions très concrètes qui permettent d’améliorer l’insertion de l’aéroport dans le site et de nature à satisfaire les riverains  ».

L’importance de cet aéroport pour l’économie francilienne et nationale conduit à rechercher des solutions toujours plus performantes pour concilier son activité et la réduction des nuisances sonores pour les riverains. La concertation locale est un facteur de réussite puisqu’après 15 mois de dialogue plus d’une douzaine de propositions sont faites.

La réunion du 18 décembre s’est tenue sur ces bases.

Des propositions pour améliorer la qualité de vie des riverains

La mission a réuni l’ensemble des parties prenantes, notamment les associations de riverains, les élus, les compagnies aériennes, l’autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires et l’État, qui se sont particulièrement investis dans ces échanges et analyses. Ces travaux se sont déroulés de juillet 2014 à octobre 2015 et le rapport les concluant a été remis par le préfet Guyot en novembre 2015.

Les propositions formulées par le rapport concernent divers champs d’action : l’optimisation des décollages et des atterrissages, les conditions de maintenance et d’utilisation des pistes, la programmation et la réalisation des vols de début et de fin de nuit et l’information des riverains. Ces propositions apparaissent pertinentes et porteuses d’améliorations effectives.

Parmi elles, une proposition doit être soulignée : la généralisation des « descentes douces » entre 0h30 et 5h : il s’agit de systématiser des profils réguliers de descente des avions sans paliers, pour réduire les nuisances sonores et les émissions de gaz à l’atterrissage pendant cette plage horaire ; cette mesure sera opérationnelle le plus rapidement possible.

Le Gouvernement a demandé au préfet de la région d’Île-de-France de veiller à ce que la mise en œuvre des propositions de la mission fasse l’objet d’un suivi régulier dans le cadre de la commission consultative de l’environnement, et à ce que les réflexions ainsi entamées s’inscrivent dans la durée. Un groupe de travail a été constitué à cet effet et il fera, en continu, des propositions au gouvernement.

Une règlementation spécifique pour les vols nocturnes

Les nuisances sonores engendrées par l’activité aérienne à Paris-Charles de Gaulle font l’objet d’une règlementation spécifique pour les vols nocturnes limitant les décollages et les atterrissages. L’accès est même interdit pour les avions les plus bruyants. L’évolution de l’énergie sonore de la plateforme, mesurée au moyen d’un indicateur spécifique, l’indicateur global mesuré pondéré (IGMP), est en baisse régulière depuis 2008. Ainsi, depuis 1999, date de référence de l’indicateur, l’exposition au bruit a baissé de 25 %. Ces chiffres incontestables permettent de conforter une ouverture de nuit indispensable pour notre économie mais qui doit s’attacher à réduire encore ces nuisances.

Contact presse

Préfecture de Paris et d’Île-de-France / 01 82 52 40 25 /  pref-communication@paris.gouv.fr  
Twitter :  https://twitter.com/prefet75_IDF 
Google+ :  https://plus.google.com/+IledefranceGouvFrParis