Plan National Canicule

Mise à jour : 27 juillet 2018

Le Plan National Canicule (PNC) a pour objectifs d’anticiper l’arrivée des vagues de chaleur, de définir les actions à mettre en œuvre pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celles-ci et d’adapter les mesures de prévention et de réduction des expositions à la chaleur particulièrement à destination des populations vulnérables à la chaleur.

Le PNC prévoit une veille saisonnière étendue du 1er juin au 15 septembre 2018. Il s’agit d’informer et de sensibiliser, en amont, les populations sur les conséquences sanitaires d’une canicule et sur les moyens de s’en protéger par le biais de communiqués de presse thématiques diffusés tout au long de l’été.

Qu’est-ce qu’une vague de chaleur ?

Il existe différents types d’épisodes de chaleur auxquels nous pouvons être confrontés. Ces épisodes sont regroupés sous le terme générique « vague de chaleur » qui désigne une période au cours de laquelle les températures peuvent entraîner un risque sanitaire au sein de la population. Elle recouvre les situations suivantes :

- Pic de chaleur : exposition de courte durée (un ou deux jours) à une chaleur intense présentant un risque pour la santé humaine, pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de leurs conditions de travail et de l’activité physique ; il peut être associé au niveau de vigilance météorologique jaune ;

- Épisode persistant de chaleur : températures élevées qui perdurent dans le temps (supérieure à trois jours) pour lesquels les Indicateurs BioMétéorologiques (IBM) sont proches ou en dessous des seuils départementaux ; ces situations constituant un danger pour les populations fragiles ou surexposées, notamment du fait de l’activité physique ; il peut être associé au niveau de vigilance météorologique jaune ;

- Canicule : période de chaleur intense pour laquelle les IBM dépassent les seuils départementaux pendant trois jours et trois nuits consécutifs et susceptible de constituer un risque pour l’ensemble de la population exposée, elle est associée au niveau de vigilance météorologique orange ;

- Canicule extrême : canicule exceptionnelle par sa durée, son intensité, son étendue géographique, à fort impact sanitaire, avec apparition d’effets collatéraux ; elle est associée au niveau de vigilance météorologique rouge.

Pour chacune de ces situations, les préfets de département mettent en œuvre des mesures de gestion adaptées et appropriées aux caractéristiques de l’épisode (notamment à son intensité et sa durée) pour protéger les populations, notamment les plus vulnérables.

Les mesures mises en œuvre en cas de canicule à Paris

Il existe 4 seuils d’alerte traduisant l’intensité du risque de canicule auquel la population sera exposée pour les prochaines 24 heures. Ils sont identifiables grâce à un code couleur, dont le relèvement dépend de l’Etat, chacun correspondant à des mesures spécifiques :

- Niveau 1 – « veille saisonnière » (couleur verte)

Le premier échelon du plan national canicule est automatiquement déclenché, le 1er juin de chaque année. Il consiste en une « veille saisonnière » active jusqu’au 15 septembre depuis 2018.

 Il enclenche le Système d’Alerte Canicule et Santé (SACS), qui induit une évaluation systématique des risques météorologiques par Météo France et des risques sanitaires par l’Institut de Veille Sanitaire (InVSInstitut national de veille sanitaire).

Il ne signifie pas que la canicule sévit, mais contient un volet communication préventif adapté aux différentes catégories de populations identifiées et notamment pour certaines personnes à risque (populations isolées et vulnérables, populations en situation de précarité et sans domicile, jeunes enfants, travailleurs, populations à risque en établissements de santé et médico-sociaux…) :

- mise en place d’un numéro vert : 0 800 06 66 66

diffusion des documents d’information aux Agences Régionales de Santé (ARSAgence Régionale de Santé), établissements de santé, collectivités locales, associations, médias, etc.

- Niveau 2 – « avertissement chaleur » (couleur jaune)

Le niveau 2 – « avertissement chaleur » correspond à un épisode de fortes chaleurs qui nécessite une attention, voire des mesures particulières, en fonction des situations possibles suivantes :

                        1. Un pic de chaleur intense apparait et est au-dessus des seuils d'alerte mais limité à un ou deux jours ;

                        2. les IBM prévus sont proches des seuils, mais sans que les prévisions météorologiques ne montrent d’intensification de la chaleur pour les jours suivants ;

                        3. les IBM prévus sont proches des seuils, avec des prévisions météorologiques annonçant une probable intensification de la chaleur. Cette vigilance jaune est alors considérée comme l’amorce de l’arrivée d’une canicule.

Ce niveau implique une attention particulière et permet la mise en œuvre de mesures graduées, notamment la préparation à une montée en charge des mesures de gestion par les ARSAgence Régionale de Santé, principalement en matière d’information et de communication en particulier en veille de weekend ou de jour férié.

Lorsque les indicateurs biométéorologiques approchent des seuils d’alerte, Météo France déclenche la deuxième phase du plan, appelée « avertissement chaleur ». Il s’agit d’une phase de veille renforcée mise en œuvre par les ARSAgence Régionale de Santé, qui préparent le terrain à un éventuel renforcement des mesures et informent les préfectures des départements concernés, qui articulent la suite du plan.

Seuil des IBM à Paris :

PARIS

(seuil)

IBMn IBMx
21°C 31°C

                    

-       Niveau 3 – « alerte canicule » (couleur orange)

Le passage en niveau 3 peut se faire suite au passage en vigilance orange sur la carte de Météo-France. Quand un département est en vigilance orange sur la carte de Météo-France avec un pictogramme canicule (thermomètre), la décision de déclencher le niveau 3 – « alerte canicule » et d’activer les mesures du Plan de Gestion de Crise Départemental (PGCD) est de l’initiative du Préfet de département avec l’appui de l’ARSAgence Régionale de Santé et du secrétariat de la Zone de Défense et de sécurité. Elles consistent à mener des actions locales d’information, mobiliser des associations comme la Croix-Rouge et organiser la réponse des établissements médicaux (plans blancs et bleus).

Le Préfet s’appuie en fonction des besoins locaux sur le dispositif ORSECOrganisation de la Réponse de SEcurité Civile. Un « plan vermeil » prévoit même d’accueillir les personnes à risque (bébés et personnes âgées) dans des locaux rafraîchis (supermarchés, bâtiments publics, etc.)… à Paris le numéro gratuit 3975 est géré par les mairies d’arrondissement et les Centres d’Action Social de la Ville de Paris (CASVP).

Une remontée d’informations est mise en place concernant les différentes mesures mises en œuvre par les préfectures et les collectivités territoriales.

Les départements sont placés en vigilance canicule par Météo-France quand les températures maximales oscillent entre 30°C et 35°C. Le seuil peut différer selon le département, qu’il soit rural ou urbain.

Il est recommandé aux personnes fragiles (personnes âgées, malades ou dépendantes) de maintenir leur logement frais, boire régulièrement de l’eau, se rafraîchir et se mouiller le corps plusieurs fois par jour, éviter de sortir aux heures les plus chaudes et donner régulièrement des nouvelles aux proches.

- Niveau 4 – « mobilisation maximale » (couleur rouge)

Le niveau 4 correspond à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d’effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des opérateurs funéraires, panne d’électricité, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…). Cette situation nécessite la mise en œuvre de mesures exceptionnelles.

La crise devient intersectorielle, elle nécessite une mobilisation maximale et une coordination de la réponse de l’Etat. Pour ce faire, la décision de passage à ce niveau incombe au Premier Ministre. Le Préfet de Police, Préfet de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris, est l’interlocuteur privilégié à l’échelon national et prend les mesures adaptées à la situation.

Pour lutter contre les effets de la canicule, un fichier a été créé en 2004 pour aider les personnes âgées isolées. « Chalex » (pour chaleur extrême) a été créé pour aider les personnes âgées qui ne sont pas dans des Ehpad (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Les personnes inscrites sur ce fichier sont appelées au moins 1 fois toutes les 48 heures par les services de la mairie de Paris pour savoir comment elles se portent. Une veille basée au Samu Social de Paris, intervient et prend en charge les personnes dans le besoin. Pour s'inscrire, il faut être âgé de 60 ans et plus et/ou être en situation de handicap. Il suffit ensuite de composer le 3975 (coût d'un appel local) ou d'envoyer un bulletin d'inscription que vous pourrez trouver dans les centres communaux d'action sociale (CCASCentre communal d'action sociale) et dans toutes les mairies d'arrondissement de la ville de Paris.

Capitaliser les expériences

Suite à la survenue d’un épisode de canicule ou de fortes chaleurs, un retour d’expérience est organisé au niveau national avec l’ensemble des acteurs.

Un Comité de Suivi et d’Evaluation du Plan national canicule et du guide national de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid (CSEP) se réunit deux fois par an : avant la saison estivale, pour présenter le PNC qui sera décliné localement et en fin de saison, pour analyser les événements survenus sur cette période et procéder à une évaluation du PNC.

Pour plus de renseignements : cliquez ici