Canicule

Mise à jour : 11 décembre 2015

Actualisé chaque année, le plan de gestion d’une canicule actuellement mis en œuvre a été élaboré en 2004.    

À Paris, il a pour objet :

► de définir les mesures locales de lutte contre un épisode de canicule, notamment à destination des personnes fragiles ;
► de donner aux autorités publiques, de l’échelon national à l’échelon communal, les outils de prévision et de suivi des éléments pertinents de veille pendant la période d’activation du plan canicule ;
► d’assurer simultanément l’information permanente des médias et des populations, et en cas de besoin de diffuser de la façon la plus large possible des conseils de comportement adaptés à la situation.
 

Le plan départemental de gestion d’une canicule (PDGC) appliqué à Paris comporte 3 niveaux :

Premier niveau : « Veille saisonnière » à périodicité annuelle obligatoire du 1er  juin au 31 août

Ce niveau  implique que tous les services concernés, aux échelons national, départemental et communal, vérifient l’opérationnalité des dispositifs d’alerte. A ce stade, l’InVSInstitut national de veille sanitaire et Météo France mettent en place la procédure de veille climatique et sanitaire. L’ensemble des indicateurs pertinents communiqué à la zone de défense permet d’établir une fiche de veille diffusée quotidiennement dans le bulletin prévisionnel zonal qui comporte la tendance générale de la situation traduite par un code couleurs, indiquant le niveau des départements de la zone et notamment de Paris.

Ce code est le suivant :

  Jaune  : pas de situation d’alerte 

  Orange  : un ou plusieurs départements de la zone sont en niveau 2  « Mise en garde et actions (MIGA) » du plan canicule ; 

  Rouge  : un ou plusieurs départements sont en niveau 3  « Mobilisation maximale »  du plan canicule. Dans ce cas une vigilance permanente est engagée par les  départements de la zone et tout particulièrement sous couvert du Secrétariat général de la zone de défense de Paris. 
Deuxième niveau : « Mise en garde et actions » (MIGA)

Lors d’un épisode de canicule avec une hausse significative des températures, les préfets de département reçoivent quotidiennement (pour 16h00), une information précise sur la situation météorologique et sanitaire des départements concernés par la vague de chaleur. Les acteurs locaux en sont informés et les actions préventives à mettre en œuvre, de façon adaptée à l’intensité et à la durée du phénomène, sont rappelées à la population.

Troisième niveau : « Mobilisation maximale»  

Ce troisième niveau, déclaré par le Premier ministre, en cas de canicule avec impact sanitaire important, étendue à une grande partie du territoire et compliquée d’effets collatéraux, implique une gestion interministérielle. Il permet le déclenchement de toutes les actions nécessaires à la sauvegarde et au secours des populations.