Actualité

Que vont devenir les contrats aidés ?

Mise à jour : 29 septembre 2017

Interview de Pierre DARTOUT, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, sur le devenir des contrats aidés en 2018, les secteurs identifiés comme prioritaires ainsi que l’accompagnement proposé aux personnes ne pouvant plus accéder à un emploi aidé.

Est-il vrai que les contrats aidés n’existeront plus en 2018 ?

Non. Les contrats aidés vont continuer en 2018. 200 000 sont inscrits en projet de loi budgétaire 2018. Mais il est vrai qu’ils seront réorientés sur la base de priorités liées au public (chômeurs de très longue durée, personnes en situation de handicap, bénéficiaires du RSARevenu de solidarité active…) ou de secteurs professionnels. Par exemple, les contrats à destination des entreprises du secteur marchand vont disparaître.
Les conventions concluent en 2018 avec le secteur non-marchand  seront assorties d’un engagement de l’employeur à assurer la formation des personnes et cet engagement sera effectivement vérifié par les services de Pôle emploi.   
Ces contrats doivent devenir un véritable outil d’insertion dans l’emploi.

Quels sont les secteurs prioritaires d’ici la fin de l’année ?

Le gouvernement a souhaité que les contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE) soient renouvelés prioritairement dans l’éducation nationale et agricole pour l’accompagnement des enfants ou adolescents en situation de handicap, dans les structures œuvrant dans l’urgence sanitaire et sociale (accueil de migrants, des personnes fragiles, banque alimentaire...), dans les communes rurales en difficulté pour l’accompagnement des enfants dans le cadre des cantines et des surveillances, pour les bénéficiaires du RSA dans le cadre des accords conclus entre le préfet de département et le président du conseil départemental.
Bien entendu, au vu du nombre de prescriptions, s’il reste des conventions, une priorité sera accordée aux personnes les plus âgées pour lesquelles peu de solutions existent aujourd’hui.

Qu’est-ce qui va être proposé aux personnes ne pouvant plus accéder à un emploi aidé ?

Pôle emploi est en charge de cette partie. Il va contacter individuellement chaque bénéficiaire de contrats aidés dont la convention prend fin d’ici la fin de l’année. Pour les plus jeunes, il examinera les possibilités d’accès à une formation ou à une certification des compétences acquises avant ou pendant le contrat. Pour d’autres, le travail va s’engager avec les branches professionnelles et les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) pour examiner l’accès aux emplois disponibles dans les entreprises de droit privé. Enfin, tous bénéficieront d’un diagnostic de leurs compétences ou d’un bilan de compétences pour ensuite envisager des reclassements pertinents. Le secteur de l’insertion par l’activité économique sera également sollicité, notamment pour les seniors qui pourraient y trouver une possibilité de compléter leurs droits à la retraite.

Partager :