Actualité

Le Premier Ministre a signé le contrat d'avenir aujourd'hui à Nantes

Mise à jour : 08 février 2019

Au cœur de ce contrat d'avenir, l'enjeu de la mobilité en Pays de la Loire : le développement des grandes infrastructures de transports, aéroportuaires, portuaires, ferroviaires et routières est un axe majeur de cette nouvelle contractualisation. 

Suite à la décision du Gouvernement le 17 janvier 2018 de privilégier le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique plutôtque de transférer l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le Premier ministre a souhaité « poursuivre le dialogue avec les élus des Pays de la Loire et de la Bretagne pour nourrir les contours d’une nouvelle contractualisation avec chacune des deux régions ».

À l’initiative de Christelle Morançais, présidente de Région, un parlement des territoires a été réuni le 12 février 2018 en mobilisant les forces vives de la Région, les collectivités territoriales ligériennes mais aussi les chambres consulaires, les universités et les grandes écoles, afin de poser les bases d’un « contrat d’avenir » pour les Pays de la Loire. Le 2 juillet dernier, ce parlement a de nouveau été convoqué pour entériner les propositions du territoire, appelant à un rebond et une « accélération des dynamiques à l’œuvre sur le territoire ».

Sur la base de ces propositions, l’État et la Région ont engagé un travail partenarial visant à faire émerger des orientations communes pour le devenir du territoire, en apportant des réponses concrètes et opérationnelles à court terme, en particulier en matière de mobilités, tout en actant des réalisations à plus long terme, en lien avec les grandes priorités régionales.

En complément du réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, le contrat d’avenir se fixe ainsi deux objectifs : d’une part, renforcer l’attractivité et l’accessibilité de la Région en développant les mobilités et les infrastructures de transport ; d’autre part, rebondir en se projetant vers l’avenir en relevant trois défis majeurs pour le devenir du territoire : le défi de la transition
numérique, le défi de l’économie de la connaissance et le défi de la transition écologique.