Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat : encore un mois pour la verser aux salariés

Mise à jour : 26 février 2019

Le 10 décembre 2018, le Gouvernement a annoncé la possibilité pour les entreprises de verser une prime exceptionnelle de fin d’année défiscalisée afin de soutenir le pouvoir d’achat des ménages français. Les entreprises ont jusqu’au 31 mars pour verser cette prime aux salariés.

Alors qu’il reste encore un mois aux entreprises pour distribuer cette prime, retrouvez les principales informations à connaître sur cette mesure.

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat est exonérée d’impôts. D’une part, pour le salarié, cela signifie que la prime ne sera touchée ni par les impôts sur le revenu, ni par les cotisations salariales, ni par les prélèvements sociaux (CSG/CRDS). D’autre part, pour l’employeur, le versement de la prime est exonérée des cotisations patronales.

Attention toutefois : il convient de respecter trois critères afin que la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat soit effectivement exonérée d’impôts ou de cotisation pour les deux parties.

1. Cette prime ne doit pas se substituer aux autres primes versées aux salariés, ni aux augmentations de salaire.

2. Elle ne peut être versée qu’aux salariés dont le revenu mensuel de 2018 est inférieur à trois SMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance et ne doit pas dépasser un montant de 1000 €.

3. La prime doit être versée avant le 31 mars 2019.

Les entreprises peuvent moduler les montants de la prime en fonction de différents critères comme la rémunération, le niveau des classifications et la durée de la présence effective en 2018.