La Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur

Mise à jour : 17 décembre 2015

La Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA) vise à développer l’offre de transport du quotidien en PACA par la désaturation des nœuds ferroviaires marseillais et azuréen. L’État et les collectivités entendent ainsi répondre à la dynamique démographique (la région compte près de 5 millions d’habitants, 6 millions à l’horizon 2040, et accueille chaque été plus de 2 millions de touristes) et à l’attractivité de son espace littoral.

La LNPCAs’inscrit dans le cadre des grands projets d’infrastructure portés par le gouvernement et fait ainsi partie de l’effort national et régional pour moderniser et développer le réseau ferroviaire ; près d’1/4 des investissements de ce programme bénéficie à ce projet.

Un automobiliste perd environ 10 jours/an dans les bouchons de la métropole Aix-Marseille et 6 jours/an dans ceux de la métropole niçoise

 Pour ce faire, il est nécessaire de décongestionner le réseau routier en particulier aux heures de pointe, en plus de régler le déficit de transports en commun ; deux impératifs impactant également la santé et le confort des habitants d’où l’enjeu écologique porté par une charte de développement durable.

La LNPCA,

quelques chiffres

* 200 km de ligne nouvelle entre Marseille et Nice

*30 km entre Nice et la frontière italienne

Priorité 1 : 6,7 Mds €

Priorité 2 : 5,3 à 7,8 Mds €

* -20 min Marseille/Toulon

 *2x plus de TER dans l'air toulonnaise

Ambition 2050 :

-15 min entre Toulon et le Muy

2x fois plus de TER entre Toulon et Est Var

Le CPERContrat plan Etat -Région 2015-2020 propose 24 M€ pour le projet ligne nouvelle en complément des 42.1M€ restant sur la convention initiale pour financer la fin des études sur la priorité 1, la réalisation de l’enquête publique, les acquisitions foncières anticipées et le début des études complémentaires sur les sections de priorité 2.

Quels objectifs ?

La réalisation de la Ligne Nouvelle entre Marseille, Toulon et Nice, principales métropoles de la région PACA, repose notamment sur quatre objectifs :

  1. Faciliter les déplacements par l’amélioration de la qualité de l’offre de services ferroviaires,
  2. Ouvrir la région PACA sur les autres régions françaises,
  3. Désenclaver l’est de la région en le reliant et au réseau français à grand vitesse et à l’arc méditerranéen Barcelone-Marseille-Gênes,
  4. Désaturer les nœuds ferroviaires marseillais et azuréen, enjeu majeur pour optimiser l’offre de service existante.

Ces objectifs sont issus du débat public tenu en 2005 et de la concertation 2011-2012, et financés conjointement par l’État et les collectivités concernées sur la base d’une convention initiale sur laquelle 36 millions d’euros ont été utilisés pour la première phase d’études. Pour la seconde phase, les 42 millions d’euros restants seront utilisés et complétés par 24 millions d’euros inscrits au Contrat de Plan État-Région PACA 2015-2020.

Quelles priorités ?

En juillet 2013, à l’issue de la Commission « Mobilité 21 » présidée par Philippe Duron, 3 priorités ont été retenues par le gouvernement et ont définitivement phasé le projet :

– Priorité 1, avant 2030 / nœuds ferroviaires marseillais et azuréen : la décision ministérielle du 7 mai 2014 valide la zone préférentielle de la priorité 1 et conforte les choix de (1) priorités aux trains du quotidien, (2) construction d’un système de transport global, (3) d’adaptation de la vitesse aux contraintes du territoire tout en cherchant à diminuer les temps de parcours,

– Priorité 2, entre 2020 et 2050 / tronçons Aubagne-Toulon et Est Var-Siagne : amélioration des tronçons,

– Ambition 2050 / sections Toulon-Est Var et Nice-Italie : finalisation du projet.

— Cartographie des priorités LNPCA —

La LNPCA au premier semestre 2015

Moins d’un an après la décision ministérielle portant sur la priorité 1, une nouvelle décision ministérielle (13 avril 2015) valide la zone de passage pour les sections de priorité 2 et rappelle la priorisation des études sur les nœuds ferroviaires marseillais et azuréen, la mise en place d’un observatoire du foncier sur les zones de passage préférentielles (ZPP) et permet l’engagement d’études complémentaires sur les secteurs sensibles.

Le 21 mai 2015, le comité de pilotage du projet de ligne nouvelle s’est rassemblé notamment pour acter le besoin de financement des études complémentaires et expliquer le projet aux acteurs concernés. Il a décidé de lancer une concertation publique au 1er semestre 2016 sur les tracés et les pôles d’échanges multimodaux de la priorité 1 et a pris acte de la charte de développement durable.

Cette concertation présentera sur la priorité 1 les options de tracés ainsi que les pôles d’échanges multimodaux (PEM) et intégrera les remarques de la Commission national du débat public (CNDP).

———

Site officiel : «  Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur : Grand Projet Ferroviaire Sud Europe Méditerranée  »

Documents en consultation libre :

[1 – dossier de presse] « Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur : un grand projet ferroviaire de mobilité durable » (21/05/2015)