Actualité

Découvrez les réponses du quiz sur l'égalité femmes-hommes

Mise à jour : 09 mars 2017

L' égalité femmes-hommes en 17 questions :

Les réponses

1- Les garçons réussissent mieux que les filles en mathématiques

  • VRAI
  • FAUX

Réponse : faux

Les filles ont en moyenne de meilleurs résultats scolaires que les garçons toutes filières confondues. Au bac S, leur taux de réussite est de 94 % contre 91 % pour les garçons.

Pourtant, elles ne sont que 24,9 % en science fondamentale et application et 28 % en écoles d’ingénieurs.

2- Depuis quand les femmes ont-elles le droit de travailler sans l’autorisation de leur mari ?

  • 1906
  • 1939
  • 1965

Réponse : 1965.

La loi du 13 juillet 1965 permet aux femmes d’exercer une activité professionnelle sans le consentement de leur mari.

3- Le taux d’emploi (rapport du nombre d’actifs occupés d’une classe d’age à la population totale de la même classe d’age) des femmes de 15 ans et plus en 2014 est de :

  • 42 %
  • 47 %
  • 51 %

Réponse :47 %.

Les femmes sont de plus en plus présentes sur le marché du travail. En 2014, le taux d’emploi des femmes est de 46,9 % (contre 55 % des hommes), soit une augmentation de 5,4 points depuis 1975. Toutefois, les femmes immigrées hors pays de l’UE peinent à trouver leur place sur le marché du travail (39,3 % de femmes sont en emploi contre 53 % des hommes).

4- Donner les mêmes chances et droits professionnels aux femmes et aux hommes, ça s’appelle :

  • l’égalité
  • la mixité
  • la parité

Réponse : l’égalité.

L’égalité professionnelle désigne l’égalité des droits et des chances entre les femmes et les hommes notamment en ce qui concerne l’accès à l’emploi, les conditions de travail, la formation, la qualification, la mobilité, la promotion, l’articulation des temps de vie et la rémunération.

La mixité professionnelle suppose que la part de femmes ou d’hommes représente entre 40 et 60 % au sein d’un métier, d’une branche ou d’une famille professionnelle.

La parité implique la présence numérique égale d’hommes et femmes au sein d’une entreprise ou une instance de consultation ou de décision.

5Quels sont les enjeux de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ?

  • Un impératif démocratique et de justice sociale
  • De meilleures conditions de travail pour tous
  • Une meilleure performance économique

Réponse : les trois : un impératif démocratique et de justice sociale, de meilleures conditions de travail pour tous et toutes et une meilleure performance économique

De nombreuses études internationales démontrent le lien entre l’égalité professionnelle et la compétitivité. En effet, l’égalité et la mixité professionnelle permettent notamment d’élargir le vivier potentiel de recrutement, de favoriser la motivation en reconnaissant les compétences et en offrant des parcours diversifiés, de mieux faire face aux imprévus et aux changements d’activité, de développer l’engagement des salariés en facilitant l’articulation des temps de vie, et d’améliorer l’image de l’entreprise.

6-En moyenne, le salaire des femmes en équivalent temps plein (EQTP) est inférieur à celui des hommes de :

  • 10 %
  • 19 %
  • équivalent

Réponse : 19 %

Alors que le droit du travail consacre le principe « à travail de valeur égal, salaire égal » , le salaire est en moyenne inférieur à 19,20 % en EQTP. Cet écart a diminué de deux points depuis 2002 (21,2 %) mais, plus on progresse dans l’échelle des salaires, plus l’écart entre les femmes et les hommes est important.

Plusieurs facteurs expliquent cet écart : notamment le travail à temps partiel, les interruptions de carrière, la concentration des femmes dans un nombre restreint de secteurs d’activité moins rémunérateurs, la présence plus nombreuse de femmes dans les emplois moins qualifiés. 9 % de cet écart restent cependant inexpliqué et semblent, au moins en partie, relever de la discrimination faite aux femmes.

Dans la fonction publique d’État, l’écart est de 15 %.

7- le taux de pauvreté des femmes est de :

  • 10 %
  • 14 %
  • 16 %

Réponse: 14 %

Le taux de pauvreté des femmes excède de 0,7 point celui des hommes (14, 3 % contre 13,6 %).

Cet écart se creuse pour les 18-29 ans (20 % pour les femmes et 17,3 % pour les hommes).

En outre, une famille monoparentale sur 3 vit en dessous du seuil de pauvreté. 85 % des familles monoparentales sont constituées d’une mère et de ses enfants.

8-Depuis quand le masculin l'emporte-t-il sur le féminin dans la grammaire française ?

  • depuis le 18ème siècle
  • depuis toujours

Réponse : depuis le 18éme siècle
La règle précisant que le masculin l'emporte sur le féminin s’est imposée au XVIIIe pour des raisons qui ne tiennent pas à la linguistique mais à la prétendue supériorité masculine. "Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle", affirme ainsi, en 1767, le grammairien Nicolas Beauzée.

9- Quelle part les femmes représentent-elles dans la haute fonction publique ?

  • 15 %
  • 25 %
  • 38 %

Réponse : 38 %

Les femmes représentent 62 % des effectifs en 2013 et sont 38 % à occuper des postes d’encadrement supérieur et de direction. La part de femmes dans ces emplois progresse depuis 2012.

En application de l’article 56 de la loi du 12 mars 2012 portant diverses dispositions relatives à la fonction publique, les employeurs publics doivent respecter une proportion minimale de personnes de chaque sexe lors des primo-nominations dans ces emplois : 20 % en 2013, 30 % en 2015 et, depuis la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, 40 % en 2017.

10- Il existe 86 familles de métiers. Dans combien d’entre elles se concentre la moitié des femmes 

  • 12
  • 27
  • 51

Réponse : 12 familles

La moitié des femmes se concentre dans seulement 12 familles de métiers (entretien, médico-social, enseignement ...). La moitié des hommes se répartit dans 20 secteurs.

Cette répartition sexuée des métiers est notamment le résultat d’une représentation des rôles et activités assignées aux personnes suivant leur appartenance à un sexe.

11-Quelle part des postes à temps partiel est occupée par des femmes ?

  • 62 %
  • 76 %
  • 80 %

Réponse : 62 %

Près du tiers des femmes exerce à temps partiel contre 7 % des hommes. Le nombre d’enfants fait augmenter le temps partiel chez les femmes (43 %) contre 6,7 % chez les hommes.

12- Quel est le temps supplémentaire que les femmes consacrent par jour aux travaux domestiques par rapport aux hommes (temps moyen journalier pour un actif en 2010) ?

  • 30 minutes
  • 1 heure
  • 1 heure 30

Réponse :1h30

Les hommes consacrent en moyenne 2h aux travaux domestiques contre 3 h26 en moyenne pour les femmes. Le temps consacré par les femmes a baissé de 22 minutes en 10 ans et celle des hommes augmenté d’une minute !

13- Combien y a-t-il de femmes parmi les 17 président.e.s de conseils régionaux ?

  • 2
  • 3
  • 5

Réponse : 3

Les élections régionales sont concernées par les obligations paritaires depuis les lois de 2000, 2003 et 2007, cette dernière ayant consacré la parité y compris au sein des exécutifs régionaux. Néanmoins, si la parité est quasiment acquise dans les exécutifs régionaux (47,8 % de femmes élues et 52,2 % d’hommes), les hommes sont le plus souvent placés en tête de liste.

14- Quelle est la part des femmes parmi les expertes invitées à commenter l’actualité dans les médias ?

  • 22 %
  • 30 %
  • 40 %

Réponse : 22 %

Les études du CSAConseil supérieur de l'audiovisuel montrent les difficultés récurrentes des femmes à avoir un rôle majeur sur les chaînes de télévision gratuites ou les émissions d’information.

15- Combien de femmes sont victimes de violences dans le couple ?

  • 1 sur 10
  • 1 sur 25
  • 1 sur 50

Réponse : Près d’une femme sur 10

D’après l’enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France en 2014, 10% des femmes âgées de 20 à 59 ans ont été victimes de violences conjugales au cours des 12 derniers mois. Seules 10 % des femmes victimes portent plainte.

1 femme décède tous les 3 jours sous les coups de son compagnon et 1 homme décède tous les 13 jours victime de sa compagne (Etude nationale des décès au sein du couple, 2006, Ministère de l'Intérieur). Sur 168 personnes décédées victimes de leur compagnon ou compagne, 137 (82%) étaient des femmes.  Ces violences ont des répercussions sur les autres membres du ménage, en particulier les enfants.

Les violences touchent tous les milieux. Il est intéressant de savoir que, statistiquement, une femme fait en moyenne 5 à 7 départs avant de quitter définitivement son conjoint violent.

Un numéro anonyme, gratuit et intraçable, le 3919, est mis à disposition par le ministère chargé des droits des femmes, à destination des femmes victimes de tous types de violences, mais aussi des témoins, amis, familles, qui souhaitent savoir comment les aider et les orienter.

Des informations sont également accessibles sur le site www.stop-violences-femmes.gouv.fr .

16- Combien de femmes sont agressées sexuellement au cours de leur vie ?

  • 1 sur 7
  • 1 sur 10
  • 1 sur 20

Réponse : 1 femme sur 7

D’après une enquête de l’Institut national d’études démographiques (INED) 2016, au cours de sa vie, 1 femme sur 7 est agressée sexuellement, 1 femme sur 26 est violée. Sur 1 an, au cours des 12 mois précédant l’enquête : 1 femme de 20 à 34 ans sur 20 a été agressée sexuellement. Les ¾ des femmes victimes de viols et des tentatives de viols ont été agressées par un membre de leur famille, un proche, un conjoint ou ex-conjoint.

17- Quelle-s approche-s sous tend-ent la politique d’égalité femmes hommes ?

  • Une approche intégrée à l’ensemble des politiques publiques
  • Une approche spécifique

Réponse : les 2

La politique d’égalité professionnelle est mise en œuvre au travers d’une double approche, à la fois intégrée et spécifique :

  • intégrée, car il s’agit de prendre en compte les besoins respectifs des hommes et des femmes dans la conception et la mise en œuvre des politiques publiques, à toutes les étapes (préparation, la décision, la mise en œuvre ou l'évaluation).
  • spécifique, puisque les inégalités de fait qui subsistent, nécessitent des actions en faveur des femmes.

La mise en œuvre de ces principes est déclinée au sein de chaque ministère sous la forme de « feuilles de route pour l'égalité femmes-hommes ».

Cette double approche demande une dynamique interministérielle et partenariale.

La direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité (DRDFEDirection Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité) a pour mission de mettre en œuvre la politique gouvernementale en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de coordonner cette dynamique interministérielle et partenariale.
Elle est placée sous l'autorité du Préfet de Région, et rattachée au Secrétariat Général pou les Affaires Régionales. Elle met en œuvre les orientations gouvernementales sous l’autorité fonctionnelle du ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes.
La DRDFEDirection Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité intervient sur deux champs d’intervention principaux :
- l'égalité entre les femmes et les hommes dans la vie professionnelle, économique, politique et sociale, et la lutte contre les stéréotypes,
- la promotion des droits, la prévention et la lutte contre les violences sexistes.