Dossiers : Investir l'Avenir

Mise à jour : 19 septembre 2022

    

Numérique

Objectif de la stratégie d’accélération « Cybersécurité » : 

Dans une société de plus en plus numérisée, la France et l’Europe doivent se doter de capacités propres de cybersécurité, indispensables pour préserver notre souveraineté et protéger les citoyens (données personnelles, libertés individuelles, objets connectés...) comme les entreprises et les organisations (attaques, propriété industrielle). En exploitant le fort potentiel de recherche et de croissance de la filière française, la stratégie d’investissement dans la cybersécurité vise à accélérer l’innovation pour hisser l’offre française aux premiers rangs mondiaux, à maîtriser les technologies clés dans les applications critiques (comme l’industrie, la santé et la mobilité) et à diffuser la cybersécurité au sein des entreprises et de la société.

Liens et documents téléchargeables : 

Communiqué de Presse "Cybersécurité"

Dossier de Presse "Cybersécurité"

Appel à projet "Développement de technologiques innovantes critiques"

Appel à projet "Stratégie Nationale Cyber – Projets d’accélérateur cyber"

Objectif de la stratégie d’accélération « Technologies quantiques » : 

La rupture technologique d’ampleur que promettent les technologies quantiques d’ici 5 à 10 ans fait du soutien à ce secteur un impératif économique et souverain : ordinateurs quantiques un milliard de fois plus rapides, permettant des outils de simulation et d’optimisation sans précédent pour la chimie, la santé, l’énergie ou les transports, capteurs quantiques permettant une navigation sans infrastructure ou des facultés de détection inédites, communications infalsifiables et impossibles à intercepter, etc. La France possède les atouts nécessaires pour s’imposer comme un compétiteur scientifique et industriel majeur dans les technologies quantiques, notamment grâce au positionnement historique de sa recherche, de ses industriels précurseurs et du dynamisme de ses start-ups. La stratégie d’accélération dans ce secteur d’avenir, qui a été présentée en détail le 21 janvier 2021 par le Président de la République, servira l’ambition d’être parmi les premiers pays à maîtriser les technologies quantiques et de bâtir une nouvelle filière industrielle.

Liens et documents téléchargeables : 

Communiqué de Presse  "Technologie quantiques"

Dossier de Presse "Technologies quantiques"

Objectif de la stratégie d’accélération « Intelligence artificielle » : 

Lundi 8 novembre 2021, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal et le secrétaire d’Etat en charge de la Transition numérique et des Communications électroniques, Cédric O, ont présenté la phase 2 de la stratégie nationale pour l’Intelligence Artificielle qui mobilisera 2 milliards d’euros de cofinancements publics-privés. La contribution publique à la stratégie est principalement financée par le Programme d’investissements d’avenir (577 M€) et France 2030 (700 M€).

Dès mars 2018, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé son ambition de faire de la France un leader mondial de l’intelligence artificielle (IA). Se fondant sur les travaux du rapport du député Cédric Villani, cette première phase d’1,5 milliards d’euros a notamment conduit à la création et au développement d’un réseau d'instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA), le soutien à des chaires d’excellence en IA, le financement de programmes doctoraux et l’investissement dans les capacités de calcul de la recherche publique.

La priorité de cette nouvelle phase de stratégie est de donner à la France les moyens de former et d’attirer les meilleurs talents internationaux en IA. Il s’agit d’un enjeu décisif pour permettre à la France de peser dans le paysage mondial de l’IA et de renforcer notre attractivité pour les futurs champions du secteur, à l’heure de la pénurie des compétences dans le numérique.

Plus de la moitié de l’effort financier public sera ainsi concentré sur la question des talents dans le cadre d’un programme ambitieux pour faire émerger un réseau d’établissements d’excellence et d’envergure mondiale et un plan de formation massif à l’IA au sein des universités et des grandes écoles.

Liens et documents téléchargeables : 

Dossier de Presse "Intelligence Artificielle"

Appel à projet "Maturation technologique et démonstration de solutions d’intelligence artificielle embarquée"

Objectif de la stratégie d’accélération « Cloud » : 

La numérisation croissante de nos sociétés a fait de la maîtrise des données et de leur exploitation un enjeu majeur tant du point de vue économique que stratégique. Le marché du Cloud est estimé à 21 milliards d'euros en Europe pour l'année 2019 et à plus de 10 milliards d'euros en France avec une croissance annuelle de 38%. Pourtant les industriels français, et plus largement les industriels européens, sont à la peine sur ce marché. La crise sanitaire nous l'a montré, les technologies numériques constituent un élément critique de résilience de nos sociétés. La concentration du marché Cloud autour de quelques acteurs (Amazon, Microsoft et Google contrôlent 66% du marché Européen contre moins de 16% pour l'ensemble des acteurs européens) expose les entreprises et les administrations françaises à un risque sur la maîtrise de leurs données et une complexité juridique pour le traitement des données personnelles. L'industrie française et, plus largement, l'industrie européenne, ont donc besoin d'un écosystème souverain et puissant de fournisseurs de services en Cloud de pointe afin de tirer parti de la valeur générée autour des données, de s'affranchir de la dépendance aux technologies extra-européennes, de soutenir la croissance de son industrie et de son écosystème d'innovation, et de capter des parts de marchés significatives sur le marché du Cloud. La stratégie d'accélération Cloud vise donc à faire émerger des solutions françaises compétitives de Cloud sur des segments technologiques (infrastructures, plateformes, et logiciels) afin de redonner à la France et à l'Europe une autonomie sur les technologies stratégiques d'aujourd'hui et de demain.

Liens et documents téléchargeables : 

Dossier de Presse "Cloud "

Objectif de la stratégie d’accélération « 5G et futures technologies de réseaux de télécommunications » : 

Cette stratégie doit permettre de repositionner la France sur ce marché essentiel pour notre autonomie stratégique. La 5G en particulier est une technologie essentielle permettant d'envisager des gains substantiels de compétitivité dans des secteurs clés pour l'économie française (automobile, aéronautique, santé, industrie 4.0, agriculture, culture et média, éducation, recherche, sécurité et défense...). Cette stratégie a vocation à développer des solutions françaises autour des réseaux télécoms (souveraineté technologique) et à obtenir une maîtrise de bout en bout de ces solutions (souveraineté d'exploitation) par des soutiens à l'offre, à la R&D et à la formation, tout en développant les usages 5G au profit des territoires et de l'industrie.

Liens et documents téléchargeables : 

Communiqué de Presse "5G et futures technologies de réseaux de télécommunications"

Dossier de Presse "5G et futures technologies de réseaux de télécommunications"

Appel à manifestation d’intérêt "Solutions souveraines pour les réseaux de télécommunications"

Appel à manifestation d’intérêt "Campus Fablab 5G industrielle"

Objectif de la stratégie d’accélération « Compétences et Métiers d'avenir » : 

Pour engager la France dans une période de profondes transformations à l’issue de la crise sanitaire, le Président de la République a présenté, le 12 octobre 2021, le plan France 2030. France 2030 répond aux grands défis de notre temps, en particulier la transition écologique, à travers un plan d’investissement massif pour faire émerger les futurs champions technologiques de demain et accompagner les transitions de nos secteurs d’excellence : énergie, automobile, aéronautique ou encore espace. Il s’agit à la fois de rattraper notre retard dans certains secteurs historiques et de donner un temps d’avance à la France en créant de nouvelles filières industrielles et technologiques pour accompagner les transitions écologiques et numériques.

Premier levier des transitions numériques et écologiques, la formation des jeunes et des salariés permet de renforcer le capital humain indispensable au fonctionnement de nos entreprises et au-delà de toute la société. C’est aussi le meilleur moyen pour proposer des emplois durables et de tous niveaux de qualification sur l’ensemble du territoire.

C’est également une des conditions majeures pour la réussite du plan France 2030 : soutenir l’émergence de talents et accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des métiers d’avenir. 2,5 milliards d’euros de France 2030 seront mobilisés sur le capital humain pour atteindre cette ambition.

Liens et documents téléchargeables : 

Communiqué de presse "Enseignement compétences métiers"

Stratégie d'accélération "Cybersécurité"

Stratégie d'accélération "Technologies quantique"

Stratégie d'accélération "Cloud"

Stratégie d'accélération "5G et futures technologies de réseaux de télécommunications"

Stratégie d'accélération "Verdissement du numérique"

Stratégie d'accélération "Electronique"

Appel à manifestation d'intérêt "Compétences et métiers d'avenir"

Objectif de la stratégie d’accélération « Start-ups industrielles et deep tech » : 

Comme l’a rappelé le président de la République en octobre 2021, lors de la présentation du plan d’investissement France 2030 : « Il n'y a pas de France industrielle contre la France des start-ups ; il n'y a pas de France des start-ups qui ne soient qu'à Paris, dans quelques bureaux de quelques arrondissements. La réalité de la France des start-ups, c'est une France qui est partout sur les territoires. Et la réalité de la France industrielle, c'est qu'elle se nourrit des start-ups ».

Ainsi, l’objectif de France 2030 est de s’appuyer sur le tissu des start-ups industrielles pour réindustrialiser nos territoires et créer des sites industriels solides et à la pointe de l’innovation. Car l’avenir de l’industrie est indissociable des technologies apportées par les start-ups et les PME innovantes. S’inscrivant dans la lignée des succès industriels qui ont nourri la compétitivité française, ces nouveaux acteurs qui émergent partout en France développent les innovations de rupture de la décennie à venir.

Depuis 2017, le Gouvernement a fait du soutien à l’innovation et de la reconquête industrielle des priorités. Cette politique porte aujourd’hui ses fruits. Avec 20 000 start-ups et plus d’un million d’emplois, l’écosystème français est devenu l’un des plus dynamiques d’Europe. Dans le même temps, la France occupe depuis 2018 la première place européenne en matière d’attractivité pour les investissements industriels étrangers.

Grace à France 2030, la stratégie start-ups industrielles et deep tech lèvera les obstacles qui freinent l’émergence et l’industrialisation de start-ups en France. Ce sont 2,3 milliards d’euros qui seront engagés pour poursuivre le soutien à l’émergence d’entreprises à forte densité technologique et faciliter l’industrialisation des start-ups et PME innovantes sur le territoire national. L’ambition, comme l’a annoncé le président de la République, est d’accompagner et de financer massivement ces entreprises innovantes pour permettre l’émergence d’une centaine de nouveaux sites industriels par an à horizon 2025.

Liens et documents téléchargeables : 

Communiqué de presse "Start-ups industrielles et deep tech"

Dossier de presse "Start-ups industrielles et deep tech"

Appel à projets "Première usine"

Objectif de la stratégie d’accélération « Verdissement du numérique » : 

L'impact environnemental du numérique fait l'objet d'une prise de conscience politique et sociétale forte. En février 2021, le Gouvernement a rendu publique une feuille de route "numérique et environnement", avec pour objectif de faire converger les transitions numérique et écologique. La stratégie d'accélération "Verdissement du numérique" vise à accompagner cette démarche pour améliorer la connaissance des différents impacts du numérique sur l'environnement, et pour les maîtriser afin de :

  • donner à la France les moyens de réduire d'ici à 2050 les émissions de gaz à effet de serre, la consommation énergétique, en eau et en ressources rares de son numérique;
  • saisir l'opportunité économique que représente, pour les acteurs français et européens, le développement d'offres de produits (par exemple : les équipements reconditionnés) et de services numériques (par exemple : l'IA frugale) plus sobres, et ainsi se différencier des concurrents/géants internationaux qui ne se sont pas encore positionnés sur ce créneau.

Liens et documents téléchargeables : 

Dossier de presse "Verdissement du numérique"

Appel à projets "Verdissement du numérique"

___

Pour toute demande d’informations complémentaires sur les dispositifs de déploiement des stratégies et priorités d’investissements gouvernementales et sur les possibilités d’accompagnement de vos projets d’innovation, l’Equipe « Investir l’Avenir » en Région se tient à votre disposition et vous propose d’adresser votre demande via le formulaire suivant : « Investir l’avenir en Centre-Val de Loire ».