« Un dynamisme et des prix des logements plus élevés à Lille, sur le littoral et le sud de la région », INSEE, mai 2021

Mise à jour : 22 juillet 2021

Logo INSEE

L’INSEEInstitut national de la statistique et des études économiques relève qu’entre 2014 et 2018, 287 000 logements ont été vendus dans la région, soit 11 % des transactions immobilières réalisées en France (hors Île-de-France et Alsace), pour un parc immobilier régional représentant 10 % du parc national.

Particularité régionale, près de 82 % des achats étaient des achats de maisons, plaçant les Hauts-de-France au premier rang des achats de cette catégorie de bien immobilier. Cette dynamique s’explique notamment par des prix un peu plus faibles que la moyenne nationale.

La distribution des prix est cependant très inégalement répartie sur la région : ils sont beaucoup plus élevés dans l’agglomération de Lille, sur le littoral, ainsi que dans le sud de la région, partie intégrante de l’aire urbaine parisienne.

C’est donc sans surprise que les prix sont les plus élevés dans les pôles métropolitains de Lille, d’Amiens et de Paris.

Le prix des logements est révélateur des dynamiques d’attractivité du territoire : les pôles de Valenciennes, Dunkerque et de Lens-Liévin ont, eux, connu une diminution des prix des logements, en parallèle d’une diminution de la population de ces villes.

Chiffres-clés

  • 82 % des logements vendus sont des maisons
  • 50 % des appartements vendus dans la région se situent dans l’aire métropolitaine de Lille
  • 11 % : part des transactions immobilières des Hauts-de-France dans le total des transaction nationale (hors Île-de-France et Alsace).

 

Pour aller plus loin