Enquête sur la structure des exploitations agricoles (ESEA) - 2013 Les grandes tendances analysées en 2010 se prolongent

Mise à jour : 26 décembre 2019

Le nouveau visage de l’agriculture régionale
► Les résultats de l’enquête sur la structure des exploitations  parus en juin 2013 en Île-de-France prolongent les grandes tendances observées par le recensement agricole de 2010 (1).
►Les grands mouvements observés entre 2010 et 2013 (2) : les exploitations agricoles sont moins nombreuses mais plus grandes, et il y a une évolution notable des statuts juridiques sociétaires. Par ailleurs, entre 2000 et 2013, la spécialisation en grandes cultures est plus marquée, l’investissement dans des machines plus puissantes et spécialisées progresse, tout comme les nouveaux usages technologiques, la prise en compte des enjeux environnementaux et les nouveaux modes de commercialisation.
► Dans la perspective de la PACPolitique agricole commune 2020, les résultats de l’enquête sur la structure des exploitations  permettent à l’Île-de-France, et plus largement à la France de se situer dans le contexte international et d’orienter ses politiques publiques.
L’Île-de-France compte entre 4 600 et 4 950 exploitations agricoles en 2013 (1 % du nombre d’exploitations en France) ; l’agriculture occupe environ 49 % du territoire. L’agriculture francilienne se caractérise notamment en matière d’aménagement du territoire par une forte imbrication entre la campagne et le tissu urbain, et par une évolution marquée des statuts juridiques vers des formes sociétaires qui assurent une meilleure protection des exploitants.
L’Est et l’Ouest de l’Île-de-France ont des structures agricoles un peu différentes, marquées toutefois par la domination des grandes cultures. A l’Est, en Seine-et-Marne, il y a davantage d’élevage ; à l’Ouest, l’horticulture (maraîchage, floriculture, arboriculture), et la vente en circuit court sont plus importantes.

Le nouveau visage de l’agriculture en Île-de-France en 2013

► D’après les données de l’enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013, le nombre d’exploitations agricoles continue de baisser en Île-de-France. Il est estimé entre 4 600 et 4 950 exploitations en 2013 (3) contre 5 000 en 2010.

► Les exploitations voient leur taille et leur potentiel de production augmenter : entre 3 150 et 3 450 exploitations de la région sont  considérées en 2013 comme des exploitations de grande dimension économique (mesurée en termes de production brute standard). Les exploitations de grande  dimension  économique étaient déjà très présentes en 2010 (2 950).

L’évolution observée entre les données du recensement agricole 2010 et celles de l’enquête structure 2013 est au moins en partie liée à des facteurs conjoncturels, et non uniquement à des modifications structurelles des exploitations. En effet, les coefficients utilisés pour estimer  la  dimension  économique des exploitations ont évolué entre 2010 et 2013, du fait de l’évolution des prix des produits agricoles. Des exploitations qui, en 2010, étaient considérées comme des exploitations de dimension économique moyenne sont devenues des exploitations de grande dimension économique du fait de l’évolution conjoncturelle des prix.

Plus de statuts juridiques sociétaires, moins d’exploitations agricoles individuelles

► Avec près de 55 % d’exploitations agricoles, les statuts juridiques sociétaires continuent d’augmenter. Ils représentent entre 2 076 et 2 854 exploitations en 2013 contre 2 173 en 2010.

►Le statut d’exploitation individuelle n’est plus majoritaire en Ile-de-France (45 %). Il y a entre 2 100 et 2 500 exploitations individuelles en 2013 contre 2 650 (53 %) en 2010.

►Cette évolution des statuts juridiques vers des formes sociétaires assure une meilleure protection sociale et juridique des exploitants (4).

► Les exploitants agricoles bénéficient par ailleurs d’un niveau de formation élevé. En Île-de-France, en 2010, près de la moitié des agriculteurs de moins de 40 ans sont issus de l’enseignement supérieur (BTS en majorité).

 

Une spécialisation marquée en grandes cultures

►78 % des moyennes et grandes exploitations sont spécialisés en grandes cultures en 2013 (sauf légumes frais de plein champ), 8 % respectivement dans les secteurs de cultures spéciales (y compris légumes frais de plein champ, horticulture ornementale, pépinières, vergers et vignes), et d’élevage, le reste en polyculture, apiculture.

► Les exploitations agricoles détiennent en propriété en 2013 entre 12 750 et 14 650 tracteurs. Lors du recensement agricole de 2000, ce chiffre était de 16 130. Cette diminution prolonge celle observée lors des précédents recensements agricoles. Elle s’explique principalement par la diminution du nombre d’exploitations.

 

Un secteur clé dans la gestion du territoire

► L’agriculture est un secteur clé dans la gestion, la préservation et l’aménagement des territoires. Avec près de 49% du territoire francilien, la surface agricole continue cependant de reculer au profit des autres types d’usage de l’espace : sols artificialisés, espaces naturels et semi-naturels.

► Au-delà de l’innovation technologique, et notamment de l’usage des technologies informatiques, les pratiques des agriculteurs ont évolué pour s’adapter aux nouvelles contraintes et préserver l’environnement. Grâce à une utilisation maîtrisée de l’eau, la surface irriguée s’est ainsi stabilisée.

►En 2010, 18 % des exploitations agricoles pratiquent la vente en circuits courts, en vente directe ou par le biais d’un unique intermédiaire.

Focus sur l'agriculture bio en Île-de-France

http://driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/Focus-sur-l-agriculture-biologique,1522

 

--------

(1) Les recensements agricoles sont réalisés tous les 10 ans auprès de l’ensemble des exploitations agricoles. Entre deux recensements, pour estimer les principales évolutions, des enquêtes sur la structure des exploitations agricoles (ESEA) sont effectuées auprès d’un échantillon représentatif d’exploitations agricoles. Ainsi, en 2013, 52 800 exploitations ont été interrogées en France, dont près de 1 700 en Île-de-France.

(2) Les résultats de l’ESEA 2016 ne sont pas encore parus.

(3) L’enquête structure des exploitations agricoles (ESEA) étant une enquête par sondage, ses résultats s’expriment sous forme d’intervalle de confiance. À titre d’exemple, l’effectif des exploitations agricoles franciliennes a 95 % de probabilité d’être compris entre 4 600 et 4 950.

(4) Statut de chef d’exploitation ouvert à toute personne présente et active dans une société agricole, mise en place de la couverture complémentaire santé, revalorisation de la pension de retraite

 

Pour en savoir plus

cliquer ici : site internet de la DRIAAF

Contacts presse

Préfecture d’Ile-de-France et de Paris 

DRIAAF Ile-de-France   

Véronique Aubin : 01.41.24.17.52

veronique.aubin@agriculture.gouv.fr