Dossiers : La politique de lutte contre les addictions - MILDECA - Nouvelle-Aquitaine

Mise à jour : 13 septembre 2021

Les conséquences des pratiques addictives et des trafics qui y sont liés constituent un problème majeur de santé et de sécurité. C’est la raison pour laquelle l’État s’engage résolument contre, à travers une politique déclinée en Nouvelle-Aquitaine selon les spécificités locales.

Lutter contre les addictions, un impératif public

Les addictions aux produits illicites ou non (alcool, tabac, voire écrans) constituent un vrai enjeu de santé publique parce qu’elles sont responsables de nombreux accidents, maladies et morts prématurées chaque année. D’autres conséquences, parfois également très graves, sont possibles au niveau psychique, familial, social, professionnel ou judiciaire.

C’est aussi un enjeu de sécurité fort : accidents, violence, délinquance, insécurité, économie souterraine lui sont liés.

Placée auprès du Premier ministre, la MILDECA est chargée d’animer et de coordonner l’action du gouvernement et des partenaires publics en matière de lutte contre les drogues en particulier et les conduites addictives en général.

Les outils

Cette action interministérielle s’inscrit dans le cadre du plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 .

Ce plan tend à promouvoir une action globale qui conjugue prévention, santé, recherche, lutte contre les trafics, respect de la loi et formation.

Chaque année, la MILDECA délègue aux préfets de région des crédits destinés à financer des actions de proximité s’inscrivant dans les orientations de ce plan national, en tenant compte des spécificités locales. Retrouvez dans ce dossier plus d’informations sur l’action régionale contre les addictions.

Pour en savoir plus