Conseillez à un ami

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.

nom@exemple.fr

nom@exemple.fr

Chargement en cours...


Implantation de la Légion étrangère sur le plateau du Larzac (publication d'une nouvelle étude insee).

 

Le flash Insee portant sur les années 2018 et 2019 vient d’être publié, il fait suite à une analyse Insee portant sur les années 2016 et 2017.

Concernant la nouvelle étude portant sur les années 2018 et 2019, il ressort que l’implantation de la légion étrangère sur le plateau du Larzac a généré 1 649 emplois en 2019 contre 1 408 emplois en 2017 (+15%). La 13e DBLE a atteint son effectif cible sur le plateau du Larzac en 2019 avec 1 297 militaires et civils (contre 1 047 en 2017).

Les commandes passées localement pour assurer le fonctionnement du camp occupent l’équivalent de 28 salariés en 2019 (contre 71 en 2017).

Ces derniers, comme le personnel de la base, consomment pour eux-mêmes et leurs familles. Ces achats mobilisent à leur tour l’équivalent de 324 Salariés (contre 290 salariés en 2017).

Les résultats sont globalement en hausse par rapport à la précédente étude même si on note une diminution des emplois indirects (28 contre 71). Cela illustre le déroulement de cet important projet d’infrastructure qui a connu une première phase de « petits » travaux de réhabilitation des bâtiments, attribués en grande partie à des PMEPetites et moyennes entreprises aveyronnaises.

La deuxième phase, la construction du cœur du régiment est réalisée dans le cadre d’un marché CCAEM (Conception – construction – aménagement – entretien maintenance) attribué à un groupement bordelais. Néanmoins, ce marché CCAEM bénéficie aux entreprises locales via la sous-traitance. Ainsi en 2019, la sous-traitance s’élève à 732 800 euros facturés à 6 établissements locaux.

Dans chaque étude, le délégué régional de la DAR, dans un encart spécifique, précise les éléments non mesurables par l’Insee afin d’identifier les effets positifs générés par l’arrivée de la 13°DBLE sur son territoire. Pour les années 2018 et 2019, la démarche environnementale a été mise en lumière pour les quatre bâtiments d’hébergement des cadres et pour l’opération en cours « Cœur du régiment » qui intègre une démarche haute qualité environnementale, et la création d’une chaufferie biomasse alimentée par la filière locale.

Il a également été rappelé que le ministère des Armées a introduit des clauses sociales dans ses marchés d’infrastructure, et s’est fixé un objectif à terme de 50 000 heures d’insertion sur la durée des travaux. Fin septembre 2020, 30 000 heures étaient déjà réalisées par 38 personnes en situation d’insertion.

Une troisième étude devrait être réalisée pour mesurer l’impact économique sur les années 2020, 2021 et 2022 qui verront la fin des travaux d’infrastructure et le régiment en régime de croisière sur un site et un territoire stabilisés.