Actualité

Intégration - Accompagner les réfugiés

Mise à jour : 10 juillet 2019

Le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris pilote la mise en œuvre au niveau régional du dispositif national d’accueil (DNA) et d’accompagnement des réfugiés. Parmi les mesures de ce dispositif figure un nouveau modèle d’accompagnement qui propose une offre de services centralisée au sein même des deux accueils de jour parisiens pour hommes isolés. Cette nouvelle offre permet de guider les réfugiés de manière très concrète et adaptée vers un parcours d’insertion.

L’Île-de-France accueille environ 30 % des personnes bénéficiant de la protection internationale de la France. Certains réfugiés ont besoin d’être accompagnés par l’État et ses partenaires, notamment pour la maîtrise du français, l’accès aux droits sociaux, ou encore pour le logement et l’emploi.

À ce jour, 5 800 bénéficiaires de la protection internationale sont actuellement hébergés dans les 21 000 places d’hébergement d’urgence spécifiquement mises en place par l’État en Île-de-France pour les demandeurs d’asile et réfugiés.

Face à cette situation, la préfecture de région mobilise ses moyens afin de fournir un accueil digne et un accompagnement efficace vers l’intégration à la société française de ces personnes.

Les 3 piliers de l’intégration : l’apprentissage du français, l’emploi, le logement

Le parcours qui débute par la prise en charge des besoins essentiels s’articule autour de 3 axes :

- la formation linguistique ;

- l’insertion professionnelle ;

- l’hébergement et le logement.

 

                 Des moyens sans précédents engagés pour favoriser l’apprentissage du français

Grâce à la réforme du contrat d’intégration républicaine (CIR), entrée en vigueur le 1er mars 2019, les réfugiés peuvent bénéficier, selon leur niveau, de 200 à 600 heures de cours de français. 4 jours de formation civique leur sont également proposés. Par ailleurs, 5,7 millions d’euros ont été engagés pour favoriser l’apprentissage du français par les réfugiés dans les 8 départements franciliens, en complément des formations du CIR.

Enfin, Le plan régional d’investissement dans les compétences va permettre de mobiliser 15 M€ par an sur 3 ans dès 2019 pour former 7 000 bénéficiaires de la protection internationale à la langue française.

 

                Insérer les réfugiés sur le marché du travail

Les professionnels de l’insertion orientent prioritairement les bénéficiaires vers des formations dans les secteurs qui recrutent, tels que le BTP ou l’hôtellerie/restauration, à fort potentiel en Île-de-France. Pour y parvenir, les réfugiés sont, par exemple, accompagnés par Pôle Emploi dans l’édification de leur CV, invités à participer à des job-dating ou à faire le bilan de leurs compétences. Certains sont engagés dans des formations qualifiantes en CFA ou en école spécialisée.

 

                L’hébergement des réfugiés

En France, les demandeurs d’asile bénéficient d’un hébergement adapté à leur situation, le temps de leur procédure. Une fois le statut de réfugié obtenu et délivré par l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), les personnes ont trois mois, renouvelable une fois, pour trouver un logement avec l’aide de l’tat et ses partenaires associatifs.

En Île-de-France, zone particulièrement tendue en matière de logements, l’État travaille étroitement avec les bailleurs sociaux pour permettre aux réfugiés d’accéder à l’autonomie. L’Etat a défini un objectif de 2 000 places en logement pérenne ou accompagné en région et en Île-de-France.

Pour autant, certains réfugiés particulièrement vulnérables peuvent se retrouver à la rue. En Île-de-France, ils sont alors recueillis par les services de la préfecture de région via les maraudes hebdomadaires sur les campements parisiens. Ils sont ensuite orientés vers un hébergement temporaire et bénéficient d’un accompagnement spécifique vers l’apprentissage de la langue français, l’emploi et l’accès au logement.

En Île-de-France, il existe plus  de 10 000 places d’hébergement pour les demandeurs d’asiles et les réfugiés, dont 5 800 bénéficient aux réfugiés.

Plus de détails sur l'accompagnement des réfugiés : cliquez ici

-