MIGRANTS – Ouverture d’un second centre d’accueil à Ivry-sur-Seine : l’État une nouvelle fois mobilisé pour les plus démunis

Mise à jour : 31 janvier 2017

© DR - Bruno Le Roux et Emmanuelle Cosse

Dans un contexte de crise migratoire et d’arrivées régulières de migrants dans la région capitale tout au long de l’année 2016, l’État en Île-de-France a fait face à la situation et a pleinement rempli sa mission, en proposant plus de 22 000 places d’hébergement aux personnes concernées au sein des 89 centres d’hébergement dédiés répartis dans toute la région.

Plus de 8 000 personnes sont aujourd’hui accueillies et accompagnées dans le dispositif régional. Pour compléter celui-ci, le centre de premier accueil pour migrants d'Ivry-sur-Seine a ouvert ses portes jeudi 19 janvier dernier, un peu plus de deux mois après l’ouverture du centre de premier accueil Dubois dans le 18e arrondissement de Paris.

Le nouveau centre d’Ivry, géré par EMMAÜS Solidarité, doit permettre d'accueillir des femmes isolées avec enfants et des familles ainsi que des personnes en grande difficulté qui se seront préalablement présentées au « Pôle accueil » du centre Dubois dans le nord de Paris.

L’État, la ville de Paris et EMMAÜS Solidarité ont travaillé ensemble pour établir un projet social et se sont accordés sur un protocole d’accord signé le 16 septembre 2016, définissant le rôle et l’implication de chacun. Le site d’Ivry s'inscrit dans la tradition républicaine d'accueil et de solidarité envers les plus vulnérables. Il a été inauguré le 16 janvier dernier par le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, la ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse et la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Une capacité d’accueil de 400 places

Ce nouveau maillon dans le dispositif d’accueil des migrants en Île-de-France comporte au total 400 places et est articulé en deux quartiers.

Ce centre est composé de six îlots d’hébergement de 67 personnes.

Les défis que ce centre d’accueil devra relever dans les prochains mois sont nombreux. Les villes de Paris et d’Ivry-sur-Seine, l’État et les associations mèneront des évaluations régulières afin de perfectionner chaque fois que cela est possible ce maillon essentiel du parcours de demande d’asile.

Partager :