Données économiques de la Bretagne

Mise à jour : 15 décembre 2015

©ministère de l'Intérieur

Après la Seconde Guerre mondiale, la Bretagne a su s’engager dans un rattrapage en bénéficiant de la politique d’aménagement du territoire. Le Bretagne est devenue une région attractive et dynamique, à la main d’œuvre qualifiée et à l’économie diversifiée.

Située au carrefour de l’Arc Atlantique, la région regroupe quatre départements et 2700 kms de côtes. L’ossature du territoire breton se compose d’un ensemble de villes moyennes et de deux grandes agglomérations, Rennes et Brest qui concentrent une part importante de la population, de l’emploi, en particulier de l’emploi qualifié et de l’enseignement supérieur.

La Bretagne compte aujourd’hui plus de 3,2 millions d’habitants. La population bretonne croît plus vite que la population française et représente 5% de la population nationale. Toutefois, avec un taux de natalité inférieure à la moyenne nationale, la population régionale est vieillissante.

A l’exception de la capitale régionale, l’armature urbaine forme une chaîne serrée, étirée tout au long du littoral. Avec plus de 2700 kilomètres de côtes, la Bretagne représente un tiers du littoral français, elle est la région qui compte le plus d’îles et d’îlots (800). Près de 40 % de la population bretonne réside dans les communes littorales qui représentent 18 % de la superficie de la Bretagne. Le centre du territoire est quant à lui constitué d’une vaste zone, à dominante rurale, ponctuée seulement de quelques petites villes.

La Bretagne est la région où les inégalités de revenus sont les moins fortes et où le taux de pauvreté, est le plus faible. Elle est, en 2015, la 7ème région de France pour la population, le PIB et le volume d’emplois.

Cependant la crise de 2008 a frappé de plein fouet la région. La croissance bretonne a décroché, quasiment toujours inférieure à la croissance nationale depuis. Les difficultés dans les secteurs majeurs de son économie, notamment l’agroalimentaire et l’automobile, ont fait apparaitre les limites du modèle économique breton.

La région dispose encore d’atouts majeurs, dont la qualification de sa main d’œuvre, des pôles universitaires reconnus et un potentiel touristique envié.

Caractéristiques clés de la région

  • Un dynamisme démographique et un vieillissement de la population qui est source d’emplois (économie présentielle), mais une population vieillissante dont les besoins (santé, logements adaptés) sont importants.
  • L’importance de l’agriculture et des industries agroalimentaires (1er bassin d’emploi agroalimentaire, 1ère région agricole et 1ère région pour la pêche), mais une partie des secteurs agricoles et agroalimentaires sont en difficultés depuis 2010.
  • Une région misant sur l’innovation (taux d’innovation dans les PMEPetites et moyennes entreprises de l’agroalimentaire de 59,5% en Bretagne contre 48% en France), soutenant l’entreprenariat et les alternatives aux entreprises classiques (économie sociale et solidaire), mais dont les secteurs de l’automobile et de la construction sont durement touchés par la crise.
  • Le tourisme joue un rôle important dans l’économie régionale, la fréquentation touristique est repartie à la hausse depuis 2013. (7ème rang par le nombre de nuitées et 1ère région pour le tourisme balnéaire).
  • Bien que moins exposée au chômage (taux de chômage de 8,8% contre 10% pour la France métropolitaine), la Bretagne connait depuis ces dernières années une hausse de la demande d’emploi, supérieure à l’évolution nationale.
  • Forte de ses pôles universitaires, la région rassemble un grand nombre de diplômés (seuls 7% de la population de 25 à 34 ans sont sans diplôme), mais les jeunes diplômés ont des difficultés à trouver un emploi dans la région et conforme à leurs qualifications.

Les grands projets structurants

Le Pacte d'avenir pour la Bretagne , signé le 13 décembre 2013, constitue une opportunité pour engager une nouvelle dynamique collective.  Il s'appuie sur les atouts régionaux et repose sur trois piliers : les mesures d'urgence, le plan agricole et agroalimentaire pour l'avenir de la Bretagne et le Contrat de Plan Etat-Région (CPERContrat plan Etat -Région).

Dix chantiers ont été identifiés :

  • les mesures d'urgence sociales, territoriales mises en œuvre dans les territoires fortement impactés par les mutations économiques ;
  • la mise en œuvre de l'agenda social ;
  • le plan agricole et agroalimentaire ;
  • la préparation et la négociation des contractualisations européennes et nationales ;
  • l'accessibilité et le soutien aux dynamiques des territoires ;
  • le développement économique et la performance des entreprises et des filières ;
  • l'investissement dans la connaissance ;
  • la politique intégrée de la mer et du littoral et le soutien aux secteurs de la pêche et de l'aquaculture ;
  • le Pacte de confiance ;
  • les simplifications et l'efficacité administrative.
Pour en savoir plus, consultez la stratégie de l'État en Bretagne:

Partager :