Actualité

Etude régionale sur les enfants de parents victimes de violences conjugales en Nouvelle-Aquitaine

Mise à jour : 08 octobre 2020

En France, 143 000 enfants vivent dans des foyers où les femmes sont victimes de violences conjugales. Leur développement, leur santé et leur perception des relations entre les femmes et les hommes en sont gravement et durablement affectés. La direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité de Nouvelle-Aquitaine (DRDFEDirection Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité) et la direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS) ont publié, le 8 octobre 2020, les résultats d'une enquête régionale sur les enfants victimes de violences conjugales.

Cette étude régionale, qui a mobilisé près de 160 professionnels de la région, s'est appuyée sur quatre enquêtes départementales en Charente, en Gironde, dans les Deux-Sèvres et en Haute-Vienne, menées par un cabinet indépendant. Elle montre l'importance du nombre d'enfants concernés, l'augmentation des données confirmant les effets d'une plus forte sensibilisation sur cette thématique. Elle souligne la multiplicité, la diversité et la gravité des conséquences des violences conjugales sur les enfants.

La DRDFEDirection Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité, en lien avec la Mostra, plateforme d'observation de la DRDJSCS, a proposé à l'ensemble des partenaires de poursuivre ce travail pour améliorer le repérage et la prise en charge des enfants victimes des violences conjugales. Ainsi, la sensibilisation et la formation des professionnels sur la question des violences conjugales et la notion d'emprise sera renforcée et des travaux seront menés avec les partenaires pour mieux les outiller spécifiquement sur la question des enfants victimes. Des outils à destination des professionnels mais également des parents seront déployés sur tout le territoire pour les sensibiliser à l'impact des violences conjugales sur les enfants.

Dès cette année, la prise en compte des droits et des besoins spécifiques des enfants sera renforcée, en déployant des actions repérées sur le territoire telles que les groupes de parole pour enfants victime, la nomination d'un « référent enfants » dans les structures d'accueil de femmes victimes de violences » ou les dispositifs sécurisant l'exercice du droit de visite. Le travail mené par le CRP (Centre Régional de psychotramatologie) permettra de mieux structurer la prise en charge psychologique des enfants victimes.