Actualité

France Relance se réalise dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville à Paris

Mise à jour : 22 septembre 2021

A travers le plan France Relance, trois ambitions principales sont portées pour les quartiers prioritaires : l’emploi et l’insertion professionnelle des jeunes, l’amélioration du cadre de vie et l’attractivité des territoires ainsi que le renforcement de la cohésion sociale. Retour sur son déploiement dans les 20 quartiers prioritaires de la politique de la ville parisiens.

L’emploi et l’insertion professionnelle des jeunes comme priorité

Doté de 7 milliards d’euros au niveau national, le plan #1 jeune 1 solution vise à offrir une solution à chaque jeune et mobilise pour cela un grand nombre de dispositifs : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, etc. Il bénéficie tout particulièrement aux jeunes des QPV. Ce dispositif est une véritable opportunité pour tous les jeunes âgés de 16 à 25 ans.

Le plan 1 Jeune 1 Solution mobilise un ensemble de leviers tels que des aides à l’embauche, des formations, des accompagnements personnalisés pour les jeunes éloignés de l’emploi, des aides financières aux jeunes en difficulté, etc. 

 

Concrètement, ce plan innovant poursuit trois objectifs : faciliter l’entrée des jeunes sur le marché du travail, faciliter l’accès des jeunes à des formations ou à des programmes dédiés et accompagner les jeunes éloignés de l’emploi avec des parcours d’insertion sur mesure. Au total, l’Etat a mobilisé 1,2 milliards d’euros en Île-de-France pour ce seul plan.

L’exemple de quelques dispositifs déployés à Paris

Près de 200 parcours emploi compétences (financés jusqu’à 80% par l’Etat)

Ce dispositif repose sur le triptyque emploi-formation-accompagnement : un emploi permettant de développer des compétences transférables, un accès facilité à la formation et un accompagnement tout au long du parcours tant par l’employeur que par le service public de l’emploi, avec pour objectif l’inclusion durable dans l’emploi des personnes les plus éloignées du marché du travail.

Près de 800 contrats initiative emploi

Grâce à elle, les employeurs du secteur marchand peuvent bénéficier d’une aide financière lorsqu’ils recrutent un jeune âgé de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé (jusqu’à 30 ans inclus). Elle permet de faciliter l’accès à l’emploi pour ce public qui rencontre parfois des difficultés sur le marché du travail.

Près de 1400 entrées en garantie jeune

Cette dernière permet d'accompagner les jeunes entre 16 et 25 ans en situation de grande précarité vers l'emploi ou la formation. Pour la mettre en œuvre, un contrat est signé entre le jeune et une mission locale. Ce dispositif s'accompagne d'une aide financière.

Une soixantaine d’emplois francs +

Les emplois francs sont un dispositif d’aide à l’embauche qui vise à répondre aux inégalités que subissent certains de nos concitoyens : à diplôme, âge et parcours équivalents, il est en effet plus difficile d’accéder à un emploi pour les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution », le dispositif « emploi franc + » permet notamment à toute entreprise ou association, de bénéficier d’une aide à l’embauche pouvant aller jusqu’à 17 000 € pour le recrutement d’un jeune sans emploi de moins de 26 ans résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV).

Améliorer le cadre de vie et accélérer la transition écologique pour des territoires plus attractifs

Au-delà du défi du renouvellement urbain déjà à l’œuvre, la relance doit permettre d’entraîner les quartiers dans la dynamique nationale de transition écologique. Cela passera notamment par :

-   La réhabilitation de logements sociaux

-   La réhabilitation de corpropriétés dégradées via MaPrimeRénov’, pour mieux isoler, gagner en confort et réduire les factures à régler à la fin du mois

-   « Verdir les quartiers » avec des quartiers fertiles et des jardins partagés

 « Les Quartiers Fertiles », soutenus par le plan de relance, visent à déployer l’agriculture urbaine au cœur des quartiers prioritaires de la ville. 23 lauréats franciliens ont été retenus, dont  3 à Paris.

Améliorer les conditions d’enseignement et encourager la réussite scolaire de tous

Grâce au plan France relance, c’est aussi un cadre d’enseignement plus agréable et plus propice à la réussite et à l’épanouissement des élèves qui est soutenu.

A travers la dotation de soutien à l’investissement local, abondée par le plan de relance, l’Etat soutient par exemple la restructuration de 15 cours d’établissements scolaires, en quartiers prioritaires, en cours OASIS (Ouverture, Adaptation, Sensibilisation, Innovation et lien Social). L’objectif est de créer des espaces naturellement rafraîchis, plus agréables à vivre au quotidien et mieux partagés par tous. L’Etat finance cette opération à hauteur de près de 6M€. D’autres projets, comme la rénovation énergétique du collège Lucie et Raymond Aubrac (11è), du collège Michelet (19e) ou encore de la maison des Canaux (19e) sont également soutenus.

Par ailleurs, le plan de relance soutient également la rénovation des internats d’excellence, comme c’est notamment le cas du collège Thomas Mann à Paris. Un internat d’excellence est un collège ou un lycée dans lequel vivent les élèves et les adultes qui les encadrent, tout au long de la semaine. Les internats d’excellence réunissent toutes les conditions pour que les jeunes puissent réussir scolairement, s’épanouir collectivement et préparer au mieux leur avenir. Dans le cadre du plan France Relance, les 4 internats d’excellence franciliens sont soutenus.

4 internats d’excellence d’Île-de-France sont directement soutenus par le plan France Relance. Il s’agit du lycée polyvalent Arago à Villeneuve-Saint-Georges (94), du collège Thomas Mann à Paris (75), du lycée polyvalent Geoffroy Saint-Hilaire à Etampes (91) et du lycée polyvalent Jean Jaurès à Argenteuil (95). Cela représente un total de 346 places en internats d’excellence, dont 221 nouvellement créées. Un fonds de 50 millions d’euros (au niveau national) soutient ainsi l’investissement des collectivités territoriales dans la création, l’extension ou la réhabilitation d’internats d’excellence. Cela contribue concrètement à faire des travaux d’aménagement et d’embellissement : réhabilitation de chambres, des sanitaires, des lieux de vie collectifs, achat de mobilier, etc.

 

Soutenir les acteurs de la solidarité et mieux accompagner les riverains

Alors que les quartiers prioritaires concentrent une part importante de personnes en situation de pauvreté (42% dans les QPV contre 14% ailleurs), la crise sanitaire n’a pas épargné les plus fragiles. La relance économique et éco-logique ne pourra réussir sans la composante sociale du pacte républicain. Un rôle essentiel est joué à cet égard par les associations de proximité qui luttent quotidiennement contre la précarité.

Dans le cadre d’un appel à projets financé par France Relance ( ici ), 79 projets de ce type ont été soutenus dans toute l’Île-de-France, pour un montant de 13 M€ dont 1,6M€ à Paris. Parmi elles, on dénombre 8 structures qui agissent dans les QPV parisiens, comme La Chorba, Système C,  la maison Bakhita, Linkee Paris, Food Sweet Food, etc. Elles sont notamment engagées pour la réinsertion des personnes éloignées de l’emploi, pour permettre à tous l’accès à des ressources de première nécessité ou encore pour participer à l’intégration de tous. 

Le portait d’une association qui soutient la réussite scolaire dans les QPV : 1001 mots (XVIIIème)

« 1001 mots est une association que nous avons créée en 2017 avec des orthophonistes, des psychologues et des chercheurs. Notre projet est d’aider les parents à éveiller le langage de leur enfant quand il a un ou deux ans. Nous pensons que c’est le meilleur moyen pour que l’enfant ait ensuite toutes ses chances pour réussir à l’école. Nous avons la grande chance d’être lauréats du fonds d’aide aux associations de lutte contre la pauvreté de France Relance. Cette aide va nous permettre d’accélérer encore notre projet auprès de 400 familles sur les deux prochaines années à Paris. »

Florent de Bodman, co-fondateur et directeur de 1001 Mots

Par ailleurs, afin d’améliorer l’accès de tous aux dispositifs d’accompagnement, dans le cadre du plan de relance, 27 conseillers numériques supplémentaires seront déployés dans les QPV parisiens. Leur rôle est notamment d’accompagner les usagers dans l’accès à leurs droits.